L’envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l’Afrique a déclaré qu' »il serait politiquement coûteux » pour le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed de s’asseoir dès maintenant avec les combattants du TPLF pour des pourparlers directs, recommande des négociations « discrètes »


L’Envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l’Afrique Jeffrey Feltman a reconnu qu’il serait «politiquement coûteux» pour le gouvernement du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali de s’asseoir dès maintenant en face de la table pour des entretiens directs avec le Front populaire de libération du Tigré (TPLF).

Feltman a affirmé qu’en l’absence de pourparlers directs qui pourraient ne pas avoir lieu maintenant, les deux parties peuvent utiliser des négociations « discrètes » par le biais de divers médiateurs, en particulier l’envoyé spécial de l’Union africaine pour la Corne de l’Afrique. Olusegun Obasanjo.