Le vote en Nouvelle-Calédonie menace un changement pacifique


Affaires étrangères

La Nouvelle-Zélande doit exhorter la France à repenser sa position sur le référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, fait valoir le Dr Adrian Muckle

La détermination du gouvernement du président français Emmanuel Macron à procéder au référendum du 12 décembre sur l’autodétermination en Nouvelle-Calédonie – contre la volonté des partis indépendantistes de la Nouvelle-Calédonie et malgré les préoccupations régionales croissantes – est un échec moral et politique qui menace de compromettre davantage plus de 30 ans de travail pour une décolonisation pacifique.

En termes simples, le projet de procéder à un référendum, auquel les principaux partis indépendantistes refusent de participer, ne peut que saper la voie vers une décolonisation pacifique dans l’un des voisins les plus proches d’Aotearoa.

Le référendum est le troisième et dernier prévu par l’Accord de Nouméa de 1998. Cet accord politique succède aux accords de Matignon de 1988, qui ont mis fin à une période de violence intense, proche de la guerre civile, entre partisans et opposants à l’indépendance (dont l’État français) de 1984 à 1988.

Les deux accords ont permis à la Nouvelle-Calédonie de sortir du bord de la violence en ouvrant la voie à une décolonisation pacifique. Ce chemin a inclus la reconnaissance de l’identité des Kanak en tant que peuple autochtone de Nouvelle-Calédonie.

Il comprenait également des initiatives pour remédier aux disparités sociales et économiques, ainsi que la mise en place d’un Sénat coutumier kanak et, surtout, le transfert progressif et irréversible des pouvoirs clés de la France aux propres institutions politiques de la Nouvelle-Calédonie.

Bien qu’il y ait eu de nombreuses pierres d’achoppement et qu’il reste encore beaucoup à faire, le processus dans son ensemble a été un succès jusqu’à maintenant.

L’Accord de Nouméa prévoit jusqu’à trois référendums d’autodétermination. Le premier en 2018 et le second en 2020 ont tous deux été remportés par des « loyalistes ». Cependant, ils ont montré un soutien plus élevé que prévu et même croissant à l’indépendance, qui est passé de 43,3% en 2018 à 46,7% en 2020.

Les deux avaient des taux élevés de participation de l’électorat éligible (85 % en 2020) et des niveaux élevés de confiance dans le processus et les conditions dans lesquelles la campagne s’est déroulée.

Pour que cette confiance soit maintenue, le référendum final doit se tenir dans les mêmes, sinon meilleures, conditions. Malheureusement, il semble que ce ne sera pas le cas.

Depuis le 6 septembre, la Nouvelle-Calédonie fait face à l’impact de la souche Delta du Covid-19. Cela a entraîné près de 12 000 cas et 276 décès en moins de trois mois, sur une population d’environ 270 000 personnes.

Les autochtones Kanak et les autres communautés du Pacifique de Nouvelle-Calédonie ont été touchés de manière disproportionnée. Le Sénat coutumier kanak a décrété une période de deuil de 12 mois. Fin novembre, seulement 72 pour cent de la population éligible était complètement vaccinée.

En plus de cela, la confiance dans le processus référendaire est minée par les inquiétudes concernant sa politisation croissante dans la préparation des élections présidentielles françaises d’avril 2022.

La date du référendum du 12 décembre a été choisie par le gouvernement français malgré cette inquiétude et malgré un engagement antérieur il permettrait d’éviter une telle situation. Il a été suggéré que la décision était politiquement calculée : que montrer que le gouvernement a assuré l’avenir de la Nouvelle-Calédonie avec la France l’aiderait à repousser ses rivaux d’extrême droite à la maison. Si tel était le cas, cela signalerait un nouveau pas vers la neutralité du gouvernement Macron.

Alors que la voix de l’extrême droite française grandit et que les propres partis politiques « loyalistes » de Nouvelle-Calédonie appellent avec véhémence à la fin du processus de décolonisation, il est clair qu’il n’est plus possible de mener le référendum dans les conditions requises.

Tout aussi important, les plans actuels de la France pour un dialogue post-référendaire sur les futurs arrangements politiques de la Nouvelle-Calédonie seront mis à mal.

Soutenus par le Sénat coutumier kanak, les partis indépendantistes de Nouvelle-Calédonie demandent le report du référendum à fin 2022 et appellent leurs partisans à ne pas y participer si le référendum se déroule le 12 décembre. la région du Pacifique. La Nouvelle-Zélande aussi doit y prêter son poids.

À ce jour, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a exprimé son inquiétude à l’ONU au nom du groupe du Fer de lance mélanésien (qui comprend la PNG, les îles Salomon, Vanuatu, Fidji et le front indépendantiste de Nouvelle-Calédonie, le FLNKS). Plus récemment, l’appel à un report a été soutenu par Vanuatu. Un groupe de dirigeants respectés des îles du Pacifique, les « Anciens du Pacifique », a également prêté sa voix.

En France, le timing du référendum a été dénoncé par un nombre croissant d’experts politiques. Le 23 novembre, plus de 60 universitaires spécialistes de la Nouvelle-Calédonie d’Europe, d’Australie, d’Amérique du Nord et de Nouvelle-Zélande (dont cet auteur) ont signé une « tribune » (lettre ouverte) dans Le Monde, appelant le gouvernement français à respecter les période de deuil et de reporter le référendum.

Que fait la Nouvelle-Zélande ? Interrogée lors d’une conférence de presse en Australie ce mois-ci, la ministre des Affaires étrangères Nanaia Mahuta a répondu que la situation était l’affaire des autorités françaises et néo-calédoniennes, mais que « la Nouvelle-Zélande a une fière histoire d’autodétermination et encouragerait une pleine participation aux processus démocratiques. pouvoir influencer les résultats ».

Cette déclaration n’est tout simplement pas adéquate compte tenu de l’étendue à laquelle ces processus sont sapés. La confiance dans la voie de la décolonisation doit être restaurée.

Compte tenu du soutien antérieur de la Nouvelle-Zélande à la campagne de 1986 qui a permis à la Nouvelle-Calédonie de revenir sur la liste des territoires non autonomes du Comité spécial de l’ONU sur la décolonisation, le gouvernement doit exhorter le président Macron à prendre du recul avant que le processus de décolonisation ne soit davantage compromis.



Laisser un commentaire