Le S&P 500 et le Dow Jones chutent alors qu’Intel glisse Par Reuters


2/2

© Reuters. PHOTO DE FICHIER: Le logo de Microsoft est visible dans un immeuble de bureaux à Wallisellen, Suisse le 21 décembre 2020. REUTERS / Arnd Wiegmann

2/2

Par Devik Jain et Mehnaz Yasmin

(Reuters) – Le Dow Jones et le Dow Jones ont glissé mercredi dans des échanges agités, tirés à la baisse par les actions d’Intel (NASDAQ 🙂 après un rapport de courtage baissier, tandis que le Nasdaq a été soutenu par les gains de Tesla (NASDAQ 🙂 et d’Apple.

Huit des 11 principaux secteurs S&P étaient en baisse, les industries, l’immobilier et les biens de consommation de base en baisse de 0,7 % et 0,9 %, respectivement.

Intel a chuté de 3,8 % et a été le principal frein aux indices de premier ordre et de référence après que les analystes de Citi Research ont averti que le fabricant de puces pourrait annoncer à l’avance des bénéfices plus faibles que prévu pour le deuxième trimestre.

Altria (NYSE :), qui a également été un gros frein pour le S&P 500, a glissé de 6,7 % après un rapport qui Morgan Stanley (NYSE 🙂 a réduit les actions de la société de tabac à « sous-pondérer » en raison de problèmes de concurrence.

Le secteur de l’énergie a été parmi les gagnants, puisqu’il a oscillé autour de 122 dollars le baril. Le secteur a grimpé de 65 % cette année et est sur la bonne voie pour une année 2022 exceptionnelle. [O/R]

« Les investisseurs s’inquiètent de l’orientation des prix de l’énergie. Tout ce que vous voyez, ce sont des gens qui réorganisent certaines positions et attendent dans une certaine mesure une meilleure indication que l’inflation va peut-être diminuer ces derniers temps », a déclaré Rick Meckler, associé de Cherry Lane. Investissements.

« Vous allez juste voir plus de saccades, il n’y a pas vraiment de nouvelles révolutionnaires sur le marché, à la fois en termes de bénéfices et d’économie. »

Dans le contexte de la hausse des coûts d’emprunt, l’accent sera mis cette semaine sur les données de l’indice des prix à la consommation attendues vendredi.

Une lecture à chaud effrayerait probablement les marchés déjà inquiets de la façon dont la Réserve fédérale américaine équilibrera la croissance et l’inflation alors qu’elle retire son soutien politique à l’économie à l’époque de la pandémie.

L’indice de référence S&P 500 a grimpé de 9 % depuis le 20 mai après avoir chuté de 20,05 % jusqu’à présent cette année. C’était la dernière baisse de 12,9% pour l’année. Le Dow Jones de premier ordre est en baisse de 9 % et le Nasdaq, riche en technologies, a perdu 22 %.

L’indice de volatilité CBOE s’échangeait pour la dernière fois à 24,20 points, au-dessus de sa moyenne à long terme d’environ 20 points.

À 10 h 02 HE, le S&P 500 était en baisse de 103,37 points, ou 0,31 %, à 33 076,77 et le S&P 500 était en baisse de 8,79 points, ou 0,21 %, à 4 151,89.

Le a augmenté de 28,08 points, ou 0,23%, à 12 203,31, stimulé par une hausse de 4,3% des actions de Tesla Inc.

Apple Inc (NASDAQ 🙂 a augmenté de 0,6 %, en hausse pour la troisième session consécutive.

Numérique occidental Corp (NASDAQ 🙂 a gagné 1,6 % après que le fabricant de dispositifs de stockage de mémoire a annoncé qu’il examinait des options, notamment en divisant ses activités de mémoire flash et de disques durs.

Les émissions en baisse ont dépassé en nombre les avances pour un ratio de 1,88 pour 1 sur le NYSE. Les émissions en progression ont dépassé en nombre les émissions en déclin avec un ratio de 1,20 pour 1 sur le Nasdaq.

L’indice S&P a enregistré trois nouveaux sommets sur 52 semaines et 29 nouveaux creux, tandis que le Nasdaq a enregistré 21 nouveaux sommets et 31 nouveaux creux.



[affimax]

Laisser un commentaire