Le rapport d’un expert d’Enbridge alimente le débat sur l’impact réel de la fermeture de la ligne 5 au Canada


Dans cette photo d’archive du 8 juin 2017, des écrous, boulons et raccords frais sont prêts à être ajoutés à la branche est du pipeline Enbridge Line 5 près de St. Ignace, Michigan.Dale G.Young/Associated Press

Un consultant de l’industrie énergétique américaine embauché par Enbridge Inc. estime qu’une fermeture de l’oléoduc Line 5 entraînerait une hausse de 1 à 2 cents du prix de l’essence pour les Ontariens et les Québécois.

Environmental Defence, un groupe environnemental qui cherche à faire fermer le pipeline de la canalisation 5 – un conduit d’énergie clé pour le centre du Canada – affirme que ce rapport de Neil Earnest, président de Muse Stancil, confirme leur affirmation selon laquelle l’impact de la fermeture de la ligne serait négligeable pour Consommateurs du centre du Canada.

Enbridge, cependant, a déclaré qu’Environmental Defence cite de manière sélective le rapport, qui, selon eux, a été préparé avant la flambée des prix de l’énergie à la suite de la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Les estimations du coût d’une fermeture de la ligne 5 pour les consommateurs canadiens sont au cœur du débat sur les efforts du gouvernement du Michigan et, séparément, d’une bande indigène du Wisconsin, pour arrêter les opérations du pipeline. Le gouvernement canadien a déclaré que la poursuite de l’exploitation de la canalisation 5 n’est pas négociable et que l’arrêt de son écoulement constituerait une menace pour la sécurité énergétique de ce pays.

L’opinion de M. Earnest a été déposée en preuve dans une affaire qui représente l’une des deux menaces en cours pour l’avenir de la canalisation 5, qui transporte jusqu’à 540 000 barils de pétrole par jour – principalement de l’Ouest canadien – à travers les États des Grands Lacs avant de revenir. entrant au Canada à Sarnia, Ont.

Son rapport fait partie du dossier judiciaire dans la bataille juridique découlant d’une demande d’un groupe autochtone du Wisconsin pour qu’un tribunal américain décide d’expulser le pipeline de ses terres.

La bande de Bad River de la tribu du lac Supérieur de Chippewa, qui a déposé sa demande plus tôt cette année, demande à un tribunal fédéral américain une injonction permanente qui obligerait le propriétaire Enbridge Inc. à « cesser l’exploitation du pipeline et à mettre hors service et retirer en toute sécurité ce. »

Ce dernier risque pour la canalisation 5 s’ajoute aux efforts déployés par la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, pour mettre fin aux opérations de l’oléoduc par crainte d’un déversement de pétrole dans les Grands Lacs. Le dossier du Michigan est lié à des négociations entre le Canada et les États-Unis

Dans le rapport, M. Earnest a déclaré que « l’impact estimé d’une fermeture de la ligne 5 sur les consommateurs ontariens d’essence, de carburéacteur et de diesel est une augmentation de prix de 5 cents le gallon ». Son rapport, daté du 31 janvier 2022, utilise des dollars américains et l’estimation se traduit par une augmentation de prix de plus de 1 cent le litre en dollars canadiens.

Environmental Defence, basé à Toronto, a déclaré que le rapport est une preuve supplémentaire qu’un arrêt ne provoquerait pas une flambée majeure des prix de l’essence.

« Les marchés internationaux de l’énergie contrôlent les prix du pétrole, et non un seul oléoduc. Et Enbridge le sait », a déclaré Michelle Woodhouse, gestionnaire du programme d’eau pour Environmental Defence.

Enbridge a déclaré qu’il y avait beaucoup plus d’informations dans le rapport de M. Earnest qui soulignent à quel point un arrêt serait dommageable.

« Les rapports d’activistes ont sélectionné des parties sélectives de l’analyse de Neil Earnest pour présenter une vision inexacte des impacts associés à la fermeture de la ligne 5 », a déclaré le porte-parole d’Enbridge, Jesse Semko, dans un communiqué.

Il a noté dans le même rapport que M. Earnest qualifie les impacts sur les marchés du propane du Michigan et de l’Ontario d' »extrêmes » avec des impacts sur tous les raffineurs de pétrole brut comme importants, « laissant les consommateurs régionaux confrontés à des marchés volatils et encourant des prix plus élevés pour l’essence, le carburéacteur, et diesel.

M. Semko d’Enbridge a dit que c’était un moment terrible pour parler de la fermeture d’un pipeline.

« L’impact des pressions inflationnistes continues et la perturbation de la guerre d’Ukraine sur les marchés mondiaux de l’énergie ont rendu cette période particulièrement difficile pour envisager la fermeture de tout oléoduc, et encore moins un aussi important pour les économies américaine et canadienne que la ligne 5 », a-t-il déclaré. a dit.

Il a noté que la fermeture de la ligne 5 déplacerait le transport du pétrole vers le rail et la route et mettrait environ 2 100 camions supplémentaires sur les routes du Michigan et de l’Ontario « créant un problème de congestion du trafic, des problèmes de sécurité et des émissions plus élevées ». Il faudrait environ 800 wagons par jour pour déplacer le produit transporté par la ligne 5 et cela nécessiterait également la construction de lignes ferroviaires supplémentaires.

Selon le rapport de M. Earnest, la fermeture de la canalisation 5 réduirait les livraisons de pétrole brut d’Enbridge d’environ 334 700 barils par jour. « L’impact estimé de l’offre de pétrole brut sur les raffineries de l’ouest de la Pennsylvanie et de l’Ontario serait grave » et entraînerait des pénuries de produits raffinés tels que l’essence, le carburéacteur, le diesel et l’asphalte.

Il a déclaré que le coût global pour les consommateurs ontariens des coûts supplémentaires de l’essence serait de 300 millions de dollars américains par an.

M. Semko a déclaré que le rapport de M. Earnest est fondé sur un scénario où une infrastructure de remplacement a déjà été construite et est en service, y compris une infrastructure ferroviaire et de barge supplémentaire.



[affimax]

Laisser un commentaire