Le président de la République centrafricaine appelle à protéger l’environnement |

[ad_1]

« Plus que jamais, la question de la sécurité, de la paix, de l’environnement et de la santé entre dans une phase critique. Cependant, les signes avant-coureurs sont ignorés au profit d’intérêts économiques, géopolitiques et géostratégiques », a-t-il déclaré, s’exprimant par l’intermédiaire d’un interprète.

Le thème de l’Assemblée générale de cette année est Un moment décisif : des solutions transformatrices à des défis interdépendants.

Honorez vos engagements

Pour M. Touadéra, la protection de l’environnement fait partie des défis interdépendants que les pays doivent surmonter.

« Il est temps que les plus gros pollueurs honorent leurs engagements, notamment la mise en œuvre de l’Accord de Paris, ainsi que la solidarité internationale pour la justice climatique vis-à-vis des populations les plus vulnérables », a-t-il déclaré.

De plus, la pandémie de COVID-19 a montré à quel point la santé publique mondiale « est un impératif pour toutes les nations, sans exception ».

« Changement de paradigme » dans le domaine de la santé

Le président a déclaré que la RCA a salué « le changement de paradigme » en cours dans le secteur de la santé, et l’élan de solidarité sans précédent qui l’accompagne, y compris l’accès aux vaccins contre la poliomyélite, le COVID-19 et bientôt le paludisme.

Il a indiqué que le pays avait atteint le statut de pays exempt de poliomyélite, tandis que 50 % de la population cible avait été vaccinée contre le COVID-19.

« Je salue et encourage l’initiative de préparation aux urgences sanitaires mise en œuvre par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) », a-t-il poursuivi. « La

La République centrafricaine est fière d’en être l’instigatrice et d’être le premier pays pilote qui contribue à améliorer concrètement notre capacité à gérer les épidémies.

Développement en danger

Cependant, la « marche vers le développement » nationale a été ralentie par de graves crises de sécurité et de santé publique, qui ont été exacerbées par le manque persistant de soutien financier international. Cela a entraîné des perturbations dans l’agriculture, la foresterie et l’exploitation minière.

« En tant qu’État fragile confronté à l’insécurité alimentaire et à une pénurie criante de ressources matérielles et humaines, la République centrafricaine continue de faire d’énormes sacrifices pour améliorer sa gestion macroéconomique et sa gouvernance budgétaire », a-t-il déclaré.

«Avec l’appui de ses partenaires, mon pays a pu mettre en œuvre des réformes ambitieuses pour renforcer la mobilisation des recettes et optimiser les dépenses publiques.»

La RCA s’attend à ce que le Fonds monétaire international (FMI) rétablisse la facilité élargie de crédit, qui avait été suspendue. Cette décision contribuera à stimuler les ressources nationales et permettra la numérisation de la collecte des petites recettes fiscales.

Pionnier de la crypto-monnaie

Pourtant, des solutions sont encore nécessaires pour relever d’autres défis, tels que le développement d’une économie résiliente et diversifiée et le soutien du système éducatif.

Il a indiqué que la RCA a été le premier pays d’Afrique à adopter le Bitcoin comme monnaie de référence et système de paiement numérique, et le premier au monde à adopter à l’unanimité une loi réglementant les crypto-monnaies.

« Cette initiative ambitieuse et innovante représente une énorme opportunité de repositionner l’économie pour améliorer les perspectives et changer le destin du peuple centrafricain à l’heure où nous devons nous ouvrir à de nouveaux horizons et à des solutions qui vont au-delà du conventionnel. , » il a dit.

Restaurer l’autorité de l’État

M. Touadéra a ajouté que la RCA a également entrepris plusieurs réformes et initiatives audacieuses, avec l’appui des partenaires internationaux, pour renforcer l’État de droit et restaurer l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire du pays.

En outre, les « mesures courageuses » prises par le gouvernement pour lutter contre l’impunité, ainsi que la mise en œuvre d’un accord de paix de février 2019 et d’autres actions, ont contribué à réduire les tensions et à renforcer la confiance.

Il a ajouté que la RCA avait aboli la peine de mort en juin de cette année. Une loi sur la lutte contre la traite des personnes et un code de protection de l’enfance ont été adoptés en août.

Embargo sur les armes

Le président a également évoqué la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU adoptée en juillet qui a assoupli l’embargo sur les armes imposé à son pays. La résolution 2648 a également condamné les attaques de groupes armés contre des civils.

« J’ai également noté avec satisfaction la position du Conseil contre les réseaux de trafics transnationaux, qui continuent d’approvisionner les groupes armés en armes de toutes sortes. Je salue les progrès significatifs qui ont permis une levée substantielle de l’embargo sur les armes imposé à nos forces de défense et de sécurité », a-t-il déclaré.

« Je voudrais transmettre la gratitude du peuple de la République centrafricaine à tous les pays amis et frères qui soutiennent fermement notre demande de levée complète et totale de l’embargo ».

Cependant, M. Touadéra a dit déplorer « la manœuvre qui vise à légitimer les groupes armés et à maintenir insidieusement l’embargo ».

[ad_2]

Laisser un commentaire