Le monde peut sauver des vies et «mettre fin à cette pandémie, ensemble» – Chef de l’OMS | COVID-19

[ad_1]

«De nombreux pays ont entendu notre rappel en janvier lorsque nous avons sonné notre plus haute alerte en appelant une urgence de santé publique de portée internationale», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d’un point de presse régulier à Genève.

Depuis lors, il a expliqué qu’ils travaillaient en étroite collaboration avec l’agence onusienne, selon les paramètres définis dans son plan de réponse stratégique, présenté le 4 février.

«Ils ont mené des examens, partagé des données et des expériences et affiné leur réponse à leur expérience nationale et à leur situation unique sur le terrain», a poursuivi Tedros, ajoutant qu’ils avaient également renforcé leurs réponses en utilisant les examens intra-action, qui exploitent «un approche globale de la société et multisectorielle »aux niveaux national et infranational.

«Les examens intra-action aident non seulement les pays à améliorer leur réponse au COVID-19, mais contribuent également à leur sécurité sanitaire à long terme», a affirmé le chef de l’OMS. «À ce jour, 21 pays les ont achevés, et d’autres sont en cours d’élaboration».

‘Jamais trop tard’

Le meilleur moment pour examiner la capacité d’intervention d’urgence du pays est pendant une situation d’urgence, «lorsque vous pouvez voir clairement ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et ce que vous devez améliorer», a-t-il déclaré.

Et quel que soit l’endroit où se trouve un pays, il a soutenu qu’ils pouvaient «renverser la vapeur avec une réponse de l’ensemble du gouvernement et de l’ensemble de la société».

«Il y a de l’espoir, et il est maintenant temps de redoubler d’efforts pour lutter contre ce virus», a souligné Tedros. «Nous pouvons sauver des vies et des moyens de subsistance et mettre fin à cette pandémie, ensemble».

Les ministres de la santé parlent

Après avoir effectué des examens en temps réel, les ministres de la Santé de Thaïlande, d’Afrique du Sud et d’Indonésie ont partagé leurs expériences avec le chef de l’OMS.

Anutin Charnvirakul a expliqué comment la Thaïlande s’est inspirée des leçons tirées du SRAS en 2003 et a répondu au COVID par une forte réponse de santé publique menée en identifiant, isolant, traitant les cas et en recherchant et en mettant en quarantaine les contacts des personnes infectées.

«Nous nous engageons à améliorer notre réponse au COVID-19 en travaillant en étroite collaboration avec les parties prenantes concernées», a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, Zweli Mkhize a donné un aperçu de la pandémie en Afrique du Sud, et de la façon dont le pays a utilisé l’examen intra-action, les leçons qu’il avait apprises et sa voie à suivre, qui comprend de nouveaux comités aux niveaux national et provincial pour s’assurer que les recommandations «Incorporés dans les plans stratégiques» sont mis en œuvre.

«Le COVID-19 est toujours avec nous et nous devons rester vigilants et continuer à lutter ensemble», a-t-il prévenu.

Et Terawan Agus Putranto, le ministre indonésien de la Santé, a déclaré que leur réponse réussie à la pandémie avait été construite autour de «la coordination, la communication des risques et l’autonomisation des communautés».

Il a également reconnu que le pays doit améliorer son application des «restrictions de verrouillage et autonomisation de la communauté, en tant qu’agents du changement».



[ad_2]

Laisser un commentaire