Le Malawi détecte la poliomyélite, premier cas sauvage en Afrique depuis plus de 5 ans

[ad_1]

JOHANNESBURG, 18 février (Reuters) – Le Malawi a déclaré une épidémie de poliomyélite après qu’un cas a été détecté chez un jeune enfant dans la capitale Lilongwe, le premier cas de poliovirus sauvage en Afrique en plus de cinq ans, a annoncé l’Organisation mondiale de la santé (OMS). .

L’analyse en laboratoire a montré que la souche détectée au Malawi était liée à une autre qui circulait au Pakistan, où elle est toujours endémique, a indiqué l’OMS dans un communiqué.

« En tant que cas importé du Pakistan, cette détection n’affecte pas le statut de certification sans poliovirus sauvage de la région africaine », a déclaré l’OMS.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

L’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite a déclaré que le cas au Malawi concernait une fillette de trois ans qui a connu le début de la paralysie en novembre de l’année dernière.

Le séquençage du virus effectué en février par l’Institut national des maladies transmissibles d’Afrique du Sud et les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis l’a confirmé comme étant le poliovirus sauvage de type 1 (WPV1).

« La détection du PVS1 en dehors des deux derniers pays endémiques du monde, le Pakistan et l’Afghanistan, est une grave préoccupation et souligne l’importance de donner la priorité aux activités de vaccination contre la poliomyélite », a déclaré l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite.

L’OMS a déclaré que le continent africain était en mesure de réagir rapidement en raison d’un niveau élevé de surveillance.

« Le dernier cas de poliovirus sauvage en Afrique a été identifié dans le nord du Nigeria en 2016 et dans le monde, il n’y a eu que cinq cas en 2021. Tout cas de poliovirus sauvage est un événement important et nous mobiliserons toutes les ressources pour soutenir la riposte du pays », a déclaré Modjirom. Ndoutabe, coordinateur de la poliomyélite au bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

La poliomyélite est une maladie hautement contagieuse qui envahit le système nerveux et peut provoquer une paralysie totale en quelques heures. Bien qu’il n’y ait pas de remède, il peut être prévenu par un vaccin, a déclaré l’OMS.

« La souche de poliovirus détectée (au Malawi) correspond étroitement à une souche détectée pour la dernière fois chez un enfant atteint de paralysie dans la province (pakistanaise) du Sind en octobre 2019 », a déclaré Hamid Jaffery, directeur, Éradication de la poliomyélite, Région OMS de la Méditerranée orientale. .

« Tant que nous n’arrêterons pas la transmission de la poliomyélite en Afghanistan et au Pakistan, le monde reste en danger », a-t-il déclaré à Reuters.

Le Pakistan fait partie des pays où il est recommandé aux voyageurs internationaux d’avoir des certificats de vaccination contre la poliomyélite.

Le ministre pakistanais de la Santé, Faisal Sultan, a déclaré à Reuters que le cluster génétique avait disparu du pays depuis 2019 environ.

« Une analyse plus approfondie pourrait révéler sa cachette depuis lors – peut-être quelque part dans le monde où il existe des poches de » déficit d’immunité « et une surveillance environnementale inexistante », a-t-il déclaré.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage d’Alexander Winning à Johannesburg et Gibran Peshimam à Islamabad; Montage par Sam Holmes et Nick Macfie

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

[ad_2]

Laisser un commentaire