Le combat d’un militant néo-zélandais pour les rhinocéros inspire le film produit par Margot Robbie

[ad_1]

La superstar hollywoodienne Margot Robbie troque le glamour de la Barbie-mania contre un thriller d’action percutant mettant en lumière la vie de Jamie Joseph, une résidente néo-zélandaise née au Zimbabwe, et sa croisade pour mettre fin au braconnage des rhinocéros en Afrique du Sud.

Le couple s’est rencontré à Hollywood en 2018 lors d’une collecte de fonds pour l’association caritative néo-zélandaise de Joseph, Saving the Wild.

Robbie et son mari se sont ensuite envolés pour l’Afrique du Sud pour rendre visite à Joseph en 2019 afin d’en savoir plus sur la crise des rhinocéros.

Robbie a été consterné par l’activité criminelle qui a permis au braconnage de se poursuivre et a été inspiré par le dévouement de Joseph et d’autres personnes qui ont risqué leur vie pour le dénoncer.

Le film sera un récit fictif du travail de Joseph.

Jamie Joseph et un rhinocéros

Il y a beaucoup de matériel sur lequel travailler : opérations d’infiltration, assassinats de rangers, d’officiers de police et de chefs du crime, et corruption à tous les niveaux.

L’objectif est de braquer les projecteurs sur les réseaux de corruption qui déciment la population de rhinocéros d’Afrique du Sud, tout cela pour une corne dont personne n’a besoin.

Joseph est née au Zimbabwe mais a déménagé en Nouvelle-Zélande en 2009, établissant une base où d’autres membres de sa famille vivaient dans la Baie de l’Abondance.

Elle a produit des festivals de musique, travaillant avec The Black Seeds et Tahuna Breaks, entre autres groupes Kiwi.

Mère et petit rhinocéros

Mais l’appel de l’Afrique était trop fort pour être ignoré et elle s’est sentie obligée de consacrer ses efforts à la lutte contre les horreurs de la crise du braconnage des rhinocéros et des éléphants en Afrique.

Il est devenu clair que le braconnage était facilité par le crime organisé et qu’il ne pourrait jamais prendre fin si la corruption n’était pas combattue. Elle a commencé à travailler sous couverture pour dénoncer les opérations.

L’histoire de Joseph a été présentée dans un documentaire de TVNZ dimanche, axé sur le chef du braconnage de rhinocéros, Dumisani Gwala, qui continue d’éviter toute condamnation.

Son procès a duré près d’une décennie en raison des nombreux retards et ajournements provoqués par son équipe de défense.

Joseph a fait campagne sur les retards de cette nature, en produisant une liste noire des rhinocéros sanguinaires, qui a révélé que des fonctionnaires de la justice auraient accepté des pots-de-vin liés au braconnage des rhinocéros et aux crimes contre l’humanité.

Il semblerait que bon nombre des personnes figurant sur la liste aient versé de l’argent sur le compte bancaire du président de la Cour, Eric Nzimande. Il était chargé de superviser tous les magistrats régionaux de la province du KwaZulu-Natal (KZN) avant que le Parlement ne confirme sa suspension en octobre 2018.

Un rhinocéros

Il fait actuellement face à 162 chefs d’inconduite et les accusations pénales commencent cette semaine devant le tribunal régional de Durban, en Afrique du Sud.

Il s’agit d’un procès historique qui remettra en question la transparence des tribunaux de l’État.

Cette bataille pour la justice a été reprise par Robbie qui souhaite produire un récit romancé sous sa bannière de production LuckyChap, la société qu’elle a cofondée.

Joseph a déclaré : « Je ne suis que le visage de l’activisme, et pour cette histoire, une porte d’entrée ».

« Les héros méconnus sont les rangers, les policiers et les lanceurs d’alerte avec lesquels je travaille, persécutés par leurs employeurs publics pour avoir dénoncé la corruption et poursuivi des cibles de haut niveau. »

Le film arrive à un moment critique pour Joseph.

« Ces huit années ont été incroyablement difficiles et éprouvantes – cette année a été particulièrement dévastatrice – et sans le soutien des Néo-Zélandais qui ont fait des dons à la cause, Saving the Wild aurait pu être contraint de fermer ses portes.

« Je suis profondément reconnaissant de pouvoir revenir chaque été, pour me ressourcer et passer du temps avec mes amis et ma famille dans le pays qui est mon sanctuaire. »

Le film sera produit par Robbie avec son mari, le producteur Tom Ackerley, le producteur Anthony Mastromauro et le scénariste oscarisé Charles Randolph (The Big Short).

Jamie Joseph

Le scénariste Thomas « Eromose » Ikimi termine le scénario depuis la fin de la grève des écrivains hollywoodiens. Le tournage devrait débuter en 2024.

Joseph sera de retour en Nouvelle-Zélande pour l’été, travaillant sur des événements pour mettre en valeur la cause et se ressourcer avec ses amis et sa famille avant une période très chargée l’année prochaine.



[ad_2]

Laisser un commentaire