Le Canada prend la menace russe envers l’Ukraine « très au sérieux », déclare la nouvelle ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly


Joly a promis que le Canada travaillerait avec des pays « aux vues similaires » pour appliquer des pressions « diplomatiques » et « économiques » ainsi que « tous les moyens nécessaires » pour dissuader la « menace russe »

Contenu de l’article

OTTAWA – La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré que la « rhétorique accrue » de Vladimir Poutine aggrave les tensions en Ukraine et crée un risque de « mauvais calcul » alors que la Russie met en garde contre une éventuelle guerre en Europe de l’Est.

Publicité

Contenu de l’article

« Nous prenons cette menace très au sérieux », a déclaré Joly dans une interview.

Joly dit qu’elle s’est brièvement entretenue avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour lui faire part de ses préoccupations concernant les actions récentes de son pays et que « toute forme » de renforcement militaire à la frontière ukrainienne est une « mauvaise idée ».

Pour sa part, Lavrov a prévenu que le « scénario cauchemardesque de la confrontation militaire revient sur le continent européen ».

Le même jour, le Premier ministre Justin Trudeau s’est entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy pour discuter de l’activité militaire de la Russie ainsi que des « activités d’agression et de déstabilisation en cours » en Ukraine et dans ses environs, selon une lecture du gouvernement canadien.

Le Premier ministre a également réaffirmé le soutien du Canada à la souveraineté de l’Ukraine et son engagement à résister à l’agression accrue de la Russie, selon la lecture.

Publicité

Contenu de l’article

Nous utiliserons tous les outils possibles pour nous assurer de dissuader la Russie d’aller de l’avant

La Russie a entrepris une accumulation de troupes à grande échelle le long de la frontière ukrainienne, faisant craindre que le président russe ne prépare une invasion.

La Russie a accusé l’Ukraine d’avoir tenté de saboter les accords de paix visant à mettre fin au conflit dans la région orientale du Donbass entre les forces ukrainiennes et les rebelles soutenus par la Russie, qui a coûté la vie à plus de 13 000 personnes en sept ans.

Lavrov a également mis en garde contre le fait que l’OTAN se rapproche « de manière irresponsable » de la Russie et que des systèmes de défense antimissile ont été déployés en Roumanie et en Pologne.

Il a accusé l’OTAN de « gonfler l’armée ukrainienne ».

Dans un discours prononcé jeudi matin lors d’une réunion du conseil ministériel de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Joly a déclaré : et risque d’erreurs de calcul.

Dans une interview plus tard, Joly a déclaré que lorsque les tensions politiques sont élevées, des erreurs peuvent être commises qui peuvent avoir des conséquences fatales.

« Le fait que les tensions soient élevées, évidemment, nous sommes tous des êtres humains, et nous ne voudrions pas que l’on fasse du mal », a déclaré Joly lors d’un entretien téléphonique depuis la Suède. « Nous avons 200 soldats en Ukraine et nous savons que la Russie renforce ses capacités à la frontière. »

Publicité

Contenu de l’article

Nous nous excusons, mais cette vidéo n’a pas pu se charger.

Jeudi, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a déclaré qu’une invasion russe de l’Ukraine conduirait son pays à imposer de nouvelles sanctions « à fort impact » contre Moscou.

« Nous ne savons pas si le président Poutine a pris la décision d’envahir », a déclaré Blinken en Lettonie après avoir rencontré ses homologues de l’OTAN. « Nous savons qu’il met en place la capacité de le faire dans les plus brefs délais s’il en décide ainsi. »

Dans l’interview, Joly n’irait pas jusqu’à faire écho aux menaces de Blinken, mais elle a promis que le Canada travaillerait avec des pays « aux vues similaires » pour exercer des pressions « diplomatiques » et « économiques » ainsi que « tous les moyens nécessaires » pour dissuader la « menace russe ».

Elle a également déclaré que le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et les membres de l’Union européenne sont tous en « mode de planification » pour l’éventualité que la Russie envahisse son voisin à l’ouest.

Publicité

Contenu de l’article

« Nous utiliserons tous les outils possibles pour nous assurer de dissuader la Russie d’aller de l’avant », a déclaré Joly.

La Russie n’est pas le seul pays d’Europe de l’Est qui préoccupe le Canada.

Dans son discours à l’OSCE jeudi, Joly a également dénoncé la situation « catastrophique » en Biélorussie dans laquelle le régime d’Alexandre Loukachenko utilise la tactique « méprisable » d’« orchestrer la migration irrégulière » pour promouvoir ses intérêts politiques et détourner l’attention des violations des droits humains à le niveau national.

« Nous continuerons d’exhorter la Biélorussie à mettre fin à cette horrible pratique, à libérer les prisonniers politiques, à engager un dialogue sérieux avec les dirigeants de l’opposition et la société civile, et à laisser les médias indépendants faire leur travail d’information du public », a-t-elle déclaré.

Publicité

Contenu de l’article

« C’est le moins qu’un gouvernement responsable puisse faire.

Le même jour, les alliés du Canada, des États-Unis et de l’UE ont également imposé des sanctions contre 24 personnes et sept entités en Biélorussie proches du régime de Loukachenko.

« En août 2020, à la suite de l’élection présidentielle frauduleuse en Biélorussie, les manifestations publiques ont été brutalement réprimées par les forces de sécurité du gouvernement biélorusse. Les manifestants ont fait l’objet de détentions arbitraires prolongées, de brutalités, d’intimidations et d’un usage excessif de la force », a déclaré le gouvernement canadien dans un communiqué.

Le Canada a imposé pour la première fois des sanctions contre la Biélorussie en août dernier, mais la situation ne s’est pas améliorée depuis, ce qui a incité le gouvernement fédéral et ses alliés à imposer la nouvelle série de sanctions.

« Les arrestations arbitraires se poursuivent et il existe des restrictions indues aux droits à la liberté d’expression, de réunion pacifique et à la liberté d’association », a déclaré le gouvernement.

– Avec des reportages supplémentaires de The Telegraph

• Courriel : cnardi@postmedia.com | Twitter:

Publicité

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.



Laisser un commentaire