La technologie solaire assiste l’urgence de l’eau contaminée à Gaza | Nouvelles de Gaza

[ad_1]

Ville de Gaza – L’eau dans la bande de Gaza est pour la plupart imbuvable et chargée de risques pour la santé.

Des usines de dessalement à grande échelle, financées par des donateurs internationaux et des entreprises privées qui luttent pour atténuer la crise, battent leur plein dans l’enclave palestinienne assiégée. Mais un nouvel effort de haute technologie vient d’une source improbable: une entreprise basée en Israël.

Le blocus paralysant de 14 ans par Israël a aggravé la catastrophe de l’eau à laquelle sont confrontés les habitants de Gaza, avec des matériaux et des équipements clés nécessaires pour produire de l’eau potable retenue de l’enclave côtière.

Un milliardaire russo-israélien – choqué par les images d’enfants remplissant de l’eau dans des récipients en plastique d’un vendeur ambulant – a décidé d’agir.

Michael Mirilashvili, l’homme d’affaires milliardaire, possède une société appelée Watergen, qui produit de l’eau potable propre à partir de l’air grâce à une technologie solaire.

La société israélienne de Mirilashvili a fait don de trois machines à Gaza après avoir constaté le sort de ses voisins palestiniens.

Il a déclaré à Al Jazeera que la crise de l’eau potable à Gaza l’avait affecté personnellement. «Nous voulons que chaque enfant ait accès à l’eau potable de la meilleure qualité», a-t-il déclaré.

Le projet est loin d’être en mesure de couvrir la demande en eau des deux millions d’habitants de Gaza, mais «il peut aider à long terme à résoudre le problème de l’eau», a déclaré Fathi Sheikh-Khalil, directeur de la succursale de Gaza de l’ONG palestinienne Damor for Community Development, qui a aidé à amener deux des générateurs d’eau sur le territoire.

Une fille palestinienne remplit un récipient avec de l’eau d’un robinet public dans le camp de réfugiés de Jabalia, dans le nord de Gaza [Mohammed Salem/Reuters]

La principale source d’eau de Gaza est un aquifère, mais la Banque mondiale a averti l’année dernière que 97% des eaux souterraines n’étaient pas potables. La surutilisation de l’aquifère a permis à l’eau de mer, qui était largement polluée par des eaux usées traitées en partie ou pas du tout au fil des ans, de s’infiltrer dans les eaux souterraines, augmentant les niveaux de salinité et de contamination.

Les quelques habitants aisés dépendent de l’eau en bouteille importée et la classe moyenne en déclin a des purificateurs d’eau dans leurs cuisines. Mais avec la moitié de la population, un million de personnes, vivant en dessous du seuil de pauvreté, la seule solution qui reste est d’acheter de l’eau à des camions qui parcourent la bande de Gaza toute la journée. Cependant, les deux tiers de cette eau sont déjà contaminés au moment de leur distribution, selon l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance.

Gaza a besoin de plus de 200 millions de mètres cubes d’eau par an. Les experts considèrent le dessalement de l’eau de mer comme la solution la plus viable. Trois usines de dessalement financées par la communauté internationale, dont l’ONU et l’Union européenne, produisent environ 13 millions de mètres cubes d’eau par an. Le projet le plus ambitieux consiste à construire une installation centrale de dessalement d’une capacité de 55 millions de mètres cubes dans l’année à venir.

Les pénuries d’électricité aiguës qui ont caractérisé la vie à Gaza au cours des 14 dernières années ont été un énorme obstacle pour résoudre la crise de l’eau. Pour chaque usine de dessalement, une ferme solaire doit être construite.

Mais les générateurs Watergen peuvent fonctionner à l’électricité provenant de réseaux locaux ou à l’énergie solaire.

Les appareils de haute technologie aspirent l’air et le purifient avant de l’envoyer dans une chambre de condensation où la vapeur est transformée en eau potable. L’eau est distribuée de la machine via un robinet avec la possibilité de la refroidir ou de la chauffer.

Les unités – coûtant chacune environ 61 000 dollars – ont été livrées à Gaza par Watergen après avoir réussi à convaincre les autorités israéliennes de les laisser passer. Deux modèles ont la capacité de produire 800 litres d’eau pure par jour, et un plus grand installé peut produire de 5 000 à 6 000 litres par jour.

Le plus gros générateur d’eau est en cours de test dans la ville de Khan Yunis et est relié à des panneaux solaires «pour réduire la dépendance à l’électricité et ainsi réduire les coûts», a déclaré Sheikh-Khalil.

La municipalité de Khan Yunis a placé la boîte bleue en forme de cube à l’extérieur de son bâtiment, au service des visiteurs d’un parc, d’une clinique et d’un poste de police à proximité. La machine est «une technologie prometteuse et a un avenir car l’appareil vous donne de l’eau à partir de rien», a déclaré Mahmoud al-Qudra, un responsable de la mairie.

Malheureusement, les petits panneaux solaires ne peuvent maintenir les appareils en marche que cinq heures par jour.

L’été dernier, une autre unité a été installée sur le toit d’un hôpital pédiatrique de la ville de Gaza, offerte par l’organisation caritative américaine Palestine Children’s Relief Fund pour le service de cancérologie des enfants.

Le Dr Muhammad Abu Nada, chef du service d’oncologie de l’hôpital Al-Rantisi, a déclaré que ses patients avaient besoin d’une eau propre «avec du sodium bénéfique pour le corps». Cependant, la machine ne fonctionne pas constamment car elle dépend d’une alimentation électrique peu fiable.

La plupart des ménages reçoivent de l’électricité huit heures par jour, avec de longues coupures car la seule centrale électrique du territoire et l’électricité achetée directement à Israël ne répondent pas à la demande de la population en croissance rapide.

Le blocus, la scission entre Gaza gouvernée par le Hamas et l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et les conflits répétés avec Israël entravent les efforts visant à améliorer la capacité électrique de Gaza.

La technologie de Watergen à Gaza, par conséquent, est constamment évaluée en termes d’efficacité, de coût, d’énergie et de faisabilité.

«Au cours de la période d’essai, nous aurons une connaissance complète de la faisabilité et du coût de l’utilisation des appareils à Gaza», a déclaré Sheikh-Khalil. «Nous ne pourrons pas faire fonctionner la machine toute la journée.»

Mirilashvili a déclaré qu’il était déterminé à fournir plus de machines à Gaza parce que voir des gens boire de l’eau propre aux machines de son entreprise l’a «profondément touché».

« Ce but [providing potable water] concerne le monde entier, mais nous le ressentons particulièrement en ce qui concerne la bande de Gaza puisque les résidents là-bas sont nos voisins », a-t-il dit.

Avec seulement quelques machines en fonctionnement à Gaza, Watergen est loin de répondre à la demande des deux millions de personnes qui vivent dans l’enclave côtière surpeuplée [Emmanuel Dunand/AFP]



[ad_2]

Laisser un commentaire