La première stratégie nationale de Djibouti sur la migration cible les défis de la Corne de l’Afrique


Hôte de 150 000 sans-papiers et plaque tournante de transit pour des milliers d’autres de la Corne de l’Afrique en direction du Golfe, Djibouti vise à améliorer leur bien-être et celui des communautés d’accueil à travers la première Stratégie nationale de migration du pays, lancée avec le soutien de l’Internationale Organisation pour les migrations (OIM).

La stratégie offrira de l’aide et favorisera des moyens de subsistance durables pour les migrants touchés par les conflits, les crises prolongées, le changement climatique et le manque d’emplois dans la région.

« Nous espérons que cette nouvelle stratégie contribuera à la prospérité économique et sociale du pays mais aussi au bien-être des migrants », a déclaré Stéphanie Daviot, OIMchef de mission à Djibouti. « C’est le résultat de consultations menées depuis plusieurs mois avec toutes les parties prenantes concernées.

Lancée dans la capitale cette semaine, la stratégie contribuera à la coordination entre les institutions du pays sur les lois, les politiques et la législation future en matière de migration, ainsi qu’à promouvoir la sensibilisation aux droits des migrants et à leurs besoins humanitaires et de protection. Il appuiera également le Bureau national de coordination pour les migrations, qui est le principal interlocuteur des partenaires travaillant dans le domaine des migrations.

Avec une population de seulement un million d’habitants, Djibouti est bordé par l’Éthiopie, 112 millions d’habitants, et la Somalie, avec plus de 15 millions d’habitants, et des milliers de migrants pour la plupart originaires de ces pays passent par Djibouti à la recherche de sûreté, de sécurité ou de travail, principalement dans le pays du Golfe. Plus de la moitié (55%) des plus de 9 900 migrants arrivés au Yémen en provenance de la Corne de l’Afrique au premier semestre 2021 avaient voyagé par Djibouti, puis à travers le golfe d’Aden.

Beaucoup meurent en cours de route, de faim et de déshydratation dans des conditions désertiques difficiles. Des centaines de personnes sont la cible de trafiquants et de passeurs, risquant l’exploitation et la violence sexiste. De plus en plus de femmes et d’enfants transitent par Djibouti. Selon le OIM Missing Migrants Project, 97 migrants, dont 16 enfants, sont morts en traversant le détroit de Bab al-Mandeb pour le Yémen depuis début 2021.

OIMLa stratégie de pays de Djibouti pour Djibouti (2021-2024) soutiendra la mise en œuvre de l’initiative du gouvernement et renforcera la collaboration entre les principaux acteurs de la migration dans le pays, y compris la société civile et d’autres agences des Nations Unies.

L’élaboration de la stratégie nationale sur la migration et OIMLe plan de Djibouti a été financé dans le cadre du projet « Solutions durables pour les populations d’accueil, les réfugiés et les migrants à Djibouti » financé par l’Union européenne.

« Cette nouvelle stratégie est une étape décisive vers une gestion efficace des migrations, conformément aux engagements pris par la République de Djibouti, lors de la signature du Pacte mondial sur les migrations en 2018 », a déclaré le ministre de l’Intérieur djiboutien, Saïd Nouh Hassa.

Distribué par APO Groupe au nom de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Fichiers multimédias
Organisation internationale pour les migrations (OIM)
Télécharger le logo

Des migrants préparent du riz à Obock, à Djibouti, en attendant la tombée de la nuit pour poursuivre leur voyage vers le Yémen. De là, ils espèrent atteindre l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe
Organisation internationale pour les migrations (OIM)

Africanews fournit du contenu d’APO Group en tant que service à ses lecteurs, mais n’édite pas les articles qu’il publie.

Laisser un commentaire