La paix est nécessaire maintenant, « plus que jamais »: António Guterres


« Chaque Nouvel An est un moment de renaissance », a déclaré António Guterres. Nous balayons les cendres de la vieille année et nous nous préparons à un jour meilleur. En 2022, des millions de personnes dans le monde ont littéralement balayé les cendres. »

L’impact sur les civils signifie que plus de 100 millions de personnes se sont retrouvées à fuir la violence, les incendies de forêt, la sécheresse, la pauvreté et la faim, a déclaré le chef de l’ONU.

Faisons de 2023 une année où la paix sera rétablie dans nos vies, nos maisons et notre monde

« En 2023, nous avons besoin de paix, maintenant plus que jamais. La paix les uns avec les autres, par le dialogue pour mettre fin aux conflits. La paix avec la nature et notre climat, pour construire un monde plus durable. »

Vivre dignement

La paix était également nécessaire au sein des familles et des foyers, « afin que les femmes et les filles puissent vivre dans la dignité et la sécurité », a ajouté M. Guterres, ainsi que la paix dans les rues qui ont trop souvent connu de violentes représailles de la part des forces de sécurité en réponse à des manifestations pacifiques.

Les manifestants et des communautés entières ont besoin de « la pleine protection des droits de l’homme », a-t-il dit, et pour ceux qui ont des convictions religieuses, il doit y avoir la paix dans les lieux de culte, ainsi qu’une plus grande tolérance envers les autres confessions.

Vivre sans haine

Il doit également y avoir la paix en ligne, a-t-il ajouté, afin qu’au lieu de la désinformation et des théories du complot, toutes les sociétés puissent profiter d’Internet « sans discours de haine ni abus ».

En 2023, mettons la paix au cœur de nos paroles et de nos actions », a déclaré le Secrétaire général.

« Ensemble, faisons de 2023 une année où la paix sera rétablie dans nos vies, nos maisons et notre monde. »

Le Secrétaire général António Guterres visite un centre de réfugiés à Chișinău, en République de Moldova.

Le Secrétaire général António Guterres visite un centre de réfugiés à Chișinău, en République de Moldova.

Laisser un commentaire