La Ligue des champions est proche de la dissolution: le format comprend les clubs africains

[ad_1]

Le football tel que nous le connaissons se rapproche de l’effondrement et de la transition vers un système de compétition semi-fermée. Les clubs européens les plus riches ont décidé de mettre toutes les cartes sur la table et, menés par le principe du «  maintenant ou jamais  », ont fait pression sur la mise en place d’une compétition séparée qui augmenterait le «  gâteau  » financier mais réduirait le nombre de le partagerait à la même table.

Bien que la FIFA ait refusé de parler aux représentants de 15 clubs qui se disent les fondateurs de la «  Super League  », il y a quelques jours, ils ont décidé de faire une nouvelle offre à l’instance dirigeante du football mondial, qu’elle ne pourra pas rejeter. si facilement.

La FIFA a déclaré à plusieurs reprises que quiconque tenterait de créer une ligue distincte en dehors des confédérations continentales serait expulsé de toutes les compétitions et que les participants seraient punis d’une interdiction à vie de jouer au football. Cependant, cette fois, l’organisation basée à Zuerich devra réfléchir à deux fois avant de rejeter le compromis qui a été jeté à sa table, et il sera intéressant de voir quelle partie gagnera cette «bataille». Nous suggérons au casinos en ligne les mieux notés pour introduire un tel pari dans leur offre, nous sommes sûrs que des parieurs passionnés de football courraient pour y jouer.

En relation: Top 10 des clubs de football les plus riches du monde et leur valeur

Principales cartes Trump des clubs les plus riches d’Europe

L’avantage de la nouvelle offre de «  Super League  » est qu’elle est plus flexible que toutes les précédentes car la compétition complètement fermée des seuls clubs européens n’est plus la seule option, puis parce que le nom du sponsor principal, le montant exact de l’investissement , ainsi que le profit qu’il apporterait – qui serait incomparablement plus élevé en Ligue des champions – ont été révélés publiquement pour la première fois.

Le principal atout des clubs les plus riches réside dans les bénéfices que la FIFA pourrait réaliser et qu’elle «retirerait» pratiquement des gains que l’UEFA, en tant qu’organisation de football la plus riche, tire de la Ligue des champions.

Le document, signé par 15 clubs européens, est décrit comme un «pacte du diable» qui pourrait changer radicalement le football. Il déclare que la «Super League» aurait 15 participants garantis (les clubs fondateurs) mais qu’elle aurait un total de 20 équipes. Les cinq autres places ou plus (flexibilité restante) pourraient être occupées par des équipes de tous les continents lors de qualifications, ce qui augmenterait la popularité du compétition en Afrique, Asie et Amérique.

L’une des propositions fait référence au fait que, par exemple, chaque continent – à travers sa compétition la plus forte – est de donner un participant pour chaque saison suivante. Un appât supplémentaire pour la FIFA réside dans le fait que les 12 meilleurs de la «Super League» participeraient à la Coupe du Monde des Clubs, avec l’obligation d’y jouer avec les équipes les plus fortes. Rappelons qu’il s’agit d’une compétition que la FIFA essaie de porter au plus haut niveau depuis des années, mais elle ne réussit pas précisément parce que les entraîneurs, en raison de la lutte sur trop de fronts, envoient principalement des équipes de renfort à l’événement.

La FIFA, en tant qu’organisateur de la «  Super League  », obligerait à libérer les clubs fondateurs de jouer dans les compétitions de l’UEFA et, à titre de compromis, ils ont laissé la possibilité de rester pour participer aux ligues nationales (bien qu’il soit clair pour tout le monde qu’ils jouerait avec des équipes de sauvegarde là-bas).

Le calendrier des compétitions garantirait de disputer des championnats nationaux le week-end, et les matches de «Super League» seraient étirés du lundi au vendredi en raison des droits de télévision. Outre la garantie que la Coupe du Monde des Clubs continuera d’exister, ainsi que les ligues nationales, la carte la plus forte que les clubs ont soumise à la FIFA se réfère à l’argent.

L’argent et l’inclusion d’autres fédérations continentales

L’investissement fondateur s’élèverait à un montant incroyable de 3,93 milliards d’euros. Selon les clubs, l’une des plus grandes banques du monde, JPMorgan, et de nombreux sponsors de l’UEFA (dont Gazprom) seraient prêts à financer en plus la nouvelle compétition. On estime également que le fonds total pourrait être augmenté de 65% supplémentaires des droits de télévision qui seraient vendus sur tous les continents.

L’idée est que les fondateurs de la ligue et de la FIFA se partageraient 33,3% des bénéfices chaque année, indépendamment des primes. Les 33,3% suivants seraient distribués à tous les participants (selon le placement), tandis que la somme restante serait investie dans le renforcement et la promotion de la compétition.

Les clubs fondateurs auraient une prime de départ garantie de 350 millions d’euros par saison uniquement pour la participation, tandis que ceux qui se qualifieraient grâce aux qualifications recevraient 100 millions d’euros. Les clubs ont également présenté à la FIFA un plan détaillé selon lequel ils sont prêts à attendre le début de la «  Super League  » jusqu’en 2024, année pour laquelle l’UEFA a annoncé la réorganisation de la Ligue des champions. Ils ont également proposé que la période d’ajustement puisse durer de 2024 à 2027 au plus tard, jusqu’au moment où ils joueraient des compétitions de l’UEFA en parallèle, mais sans l’obligation de jouer avec les équipes les plus fortes.

L’accord sur la création de la «Super League» garantirait également que tous les clubs, sans exception, fourniraient des joueurs pour toutes les compétitions FIFA des équipes nationales, y compris les qualifications pour la Coupe du monde.

Cependant, ce n’est pas la fin de la proposition des clubs les plus riches car l’allocation des finances pour la Ligue panafricaine est également sur la table. Il s’agit d’une nouvelle compétition dans laquelle la FIFA prévoit d’investir environ 200 millions d’euros, et à laquelle 24 clubs participeraient dans le but de fournir des participants à la Coupe du monde des clubs. Les clubs les plus riches ont proposé de financer en plus cette compétition avec 500 millions d’euros chaque année, et pour que le vainqueur ait une place garantie dans la «Super League» la saison prochaine.

Il ne fait aucun doute que ce nouveau plan pourrait sérieusement ébranler l’unité au sein de la FIFA, qui a par ailleurs été ébranlée par des points de vue complètement différents des six confédérations. D’une part, il y a l’UEFA et la CONMEBOL (Confédération sud-américaine de football), fortes pour défendre les systèmes de compétition actuels et contre tout changement, et d’autre part tous les autres, en particulier l’AFC (Fédération asiatique de football) et la CONCACAF (Confédération des associations de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes) qui souhaitent depuis longtemps porter le niveau de leurs revenus à celui de l’Europe et de l’Amérique latine.

Comment la «Super League» sera-t-elle jouée?

La compétition de la «Super League» se déroulerait en deux groupes de 10 équipes chacun. Tout le monde jouerait avec tout le monde selon le système de ligue au sein de son groupe (à domicile et à l’extérieur). Ensuite, les quatre premières équipes de chaque groupe joueraient la phase à élimination directe des quarts de finale.

Le plus gros avantage est que les finales pourraient toujours se jouer sur un autre continent, et le but est de rapporter les bénéfices commerciaux du Super Bowl (finales de football américain).

Fondateurs de la Super League: Manchester United, Manchester City, Liverpool, Arsenal, Chelsea, Tottenham, Barcelone, Real Madrid, Atletico Madrid, Bayern, Borussia Dortmund, Juventus, Milan, Inter et Paris Saint-Germain.

À l’heure actuelle, l’UEFA n’a pas suffisamment d’autorité et ne pourra pas protéger cet organisme de l’effondrement du système de compétition actuel.




[ad_2]

Laisser un commentaire