Journée mondiale de l’ingénierie: l’ingénierie pour une planète saine | Nouvelles impériales

[ad_1]

Une image de la Terre

Pour la Journée mondiale de l’ingénierie, nous explorons le travail de quatre de nos scientifiques des matériaux.

Le 4 mars est la Journée mondiale de l’ingénierie! Cette année, le thème est l’ingénierie pour une planète saine: Célébration du rapport d’ingénierie de l’UNESCO. Tous nos chercheurs étudient les moyens de rendre la planète meilleure en concevant de meilleurs soins de santé, de nouveaux matériaux, en explorant des sources d’énergie alternatives, etc.

Quatre de nos chercheurs donnent un aperçu de leurs travaux actuels, qui contribuent à créer une planète plus durable.

Professeur Robin Grimes FRS FREng: Réinventer l’énergie nucléaire sur la voie du net zéro

Une image de Robin GrimesProfesseur Robert Grimes FRS FREng a récemment mené une étude pour la Royal Society afin d’étudier comment une nouvelle génération de réacteurs nucléaires (SMR) et (AMR) pourrait aider le Royaume-Uni à réduire ses émissions de carbone – en exploitant le surplus d’énergie pour chauffer les maisons, produire de l’hydrogène et décarboner l’industrie.

Le rapport décrit comment la méthode de «cogénération» pourrait permettre à l’énergie nucléaire de compenser l’intermittence de l’électricité renouvelable. Grâce à cela, les centrales nucléaires pourraient passer de la production d’électricité à d’autres applications lorsque les sources éoliennes, solaires ou autres répondent à la demande.

Le professeur Grimes souligne que la conception des futures centrales nucléaires pourrait être modifiée pour fournir une production constante de chaleur pour d’autres utilisations telles que la production d’hydrogène et le chauffage urbain. Cette approche pourrait compléter les énergies renouvelables et aider le Royaume-Uni à respecter son engagement de zéro émission nette de carbone d’ici 2050.

Cogénération nucléaire: l’énergie nucléaire civile dans un avenir sobre en carbone, publié le 7 octobre par la Royal Society.

Professeur Mary Ryan FREng: Transition vers zéro pollution

Une image du professeur Mary RyanLa professeure Mary Ryan FREng défend l’initiative de transition vers zéro pollution au nom de l’Ordre. Il s’agit d’une nouvelle initiative de recherche transdisciplinaire qui vise à éliminer la pollution sous toutes ses formes, en partenariat avec l’industrie et le gouvernement pour concrétiser une vision d’un avenir durable et sans pollution.

Le professeur Mary Ryan, vice-doyenne (recherche) de la faculté d’ingénierie, a déclaré: «Pour relever le défi de la pollution mondiale, il faudra un changement radical des systèmes industriels, des technologies et des modèles commerciaux, étayé par le développement de politiques et de structures de gouvernance innovantes. – qui nécessiteront tous une recherche intégrée dans de nombreuses disciplines. »

Elle a ajouté: «Nous considérons le CO2 comme un polluant, un polluant majeur et urgent, mais pas la seule chose à laquelle nous devrions penser.

« Il s’agit en réalité d’un système entier. Réfléchir à la manière de lutter contre la pollution à la source et comprendre son impact sur l’ensemble du cycle de vie. »

Lisez une entrevue avec le professeur Ryan sur la stratégie de recherche Transition to Zero Pollution.

Regardez la transition vers zéro pollution et une mobilité durable au séminaire impérial.

Dr Robert Hoye: Charger des appareils intelligents et des cellules solaires efficaces

Une image du Dr Robert HoyeLe Dr Robert Hoye a récemment contribué à une étude décrivant comment des matériaux respectueux de l’environnement pourraient récolter suffisamment d’énergie de la lumière intérieure pour alimenter des appareils intelligents sans fil. Cette recherche a étudié un moyen plus durable d’alimenter nos appareils intelligents en développant des cellules solaires intérieures qui pourraient récolter de l’énergie et des appareils électriques en utilisant la lumière intérieure.

Le Dr Hoye travaille également sur développer des matériaux électroniques à basse température, en utilisant des équipements plus simples qui peuvent encore atteindre les mêmes performances. Cela a des applications dans les cellules solaires, dans l’éclairage à semi-conducteurs et pour la production propre d’hydrogène à partir de la lumière du soleil. D’autres recherches porteront sur l’augmentation de l’efficacité des cellules solaires grâce au développement d’une imprimante à oxyde qui dépose des semi-conducteurs à oxyde de protection sur la cellule solaire supérieure sans endommager les cellules solaires.

L’année dernière, le Dr Hoye a collaboré avec l’Institut Henry Royce sur la feuille de route des matériaux pour le système photovoltaïque. Cela a démontré la réponse stratégique de la communauté de la science des matériaux à l’égard de l’objectif de zéro émission nette du gouvernement en 2050.

En plus de cela, il a travaillé avec RAEng pour développer un kit de ressources pour les enseignants pour aider à enseigner aux enfants sur Matériaux d’ingénierie pour une planète plus verte.

Professeur Alexandra Porter: Mesurer la pollution atmosphérique dans les villes

Professeur Alex PorterLe professeur Alexandra Porter mène une étude pour mieux comprendre l’impact de la pollution dans les villes sur la santé humaine, avec des partenaires de l’Université de Surrey et de l’Université d’Édimbourg.

L’étude, nommée INHALE, vise à mesurer les impacts de la pollution dans différents environnements urbains du niveau cellulaire au niveau individuel. Les chercheurs espèrent comprendre quelles composantes de la pollution sont les plus dommageables pour la santé humaine et comment atténuer les effets de la pollution. TLe verrouillage national a également aidé l’étude à enquêter sur les différences entre les niveaux de pollution lorsque le trafic revient vers les villes.

L’étude INHALE recrute actuellement des volontaires sains et des volontaires asthmatiques, âgés de 30 à 70 ans et vivant ou travaillant dans l’ouest de Londres. L’étude consiste à porter un moniteur et à obtenir des échantillons de sang, d’urine et de crachats (mucosités). Si vous êtes intéressé, veuillez contacter Mme Sally Meah à l’unité respiratoire de l’hôpital Royal Brompton au 020 7351 8051 ou par e-mail à sally.meah@imperial.ac.uk. L’étude a été approuvée par le comité d’éthique de la recherche de Dulwich et vous serez entièrement remboursé de vos frais de voyage pendant votre participation à l’étude.

Pour les volontaires en bonne santé, l’étude examinera le degré d’exposition à la pollution de l’environnement et l’effet potentiel de la pollution sur vos poumons. Pour les volontaires asthmatiques, l’étude examinera le degré d’exposition à la pollution environnementale et son effet potentiel sur votre asthme.

[ad_2]

Laisser un commentaire