Jeunes, Indiens, non vaccinés : la plus grande campagne de vaccination au monde faiblit


L’Inde a lancé une campagne de vaccination pour ses 1,38 milliard d’habitants à la mi-janvier.

Les soins de santé, les travailleurs de première ligne et les personnes âgées ont été les premiers éligibles, suivis des personnes de plus de 45 ans en avril, puis des adultes de 18 à 45 ans en mai.

Cette dernière extension, couvrant environ 43% de la population, s’est avérée être un point critique.

(Ouvrez https://tmsnrt.rs/3x9LYjpin un navigateur externe pour voir un graphique interactif.)

Suite à une augmentation des infections au COVID-19 à travers le pays en avril, le Premier ministre Narendra Modi a accéléré les plans d’élargissement du programme et a ouvert la vaccination à partir du 1er mai pour les personnes âgées de 18 à 45 ans.

La décision a conduit les personnes de ce groupe d’âge, qui représentent 600 millions de la population, à se précipiter pour s’inscrire sur le site Web du gouvernement sur la vaccination CoWIN. De manière critique, il n’y a pas eu d’augmentation correspondante des approvisionnements en vaccins.

Au 4 juin, l’Inde avait fourni au moins une dose à environ 50 millions de personnes âgées de 18 à 44 ans, ce qui ne représente que 8 % de ce groupe de population.

Ajoutant aux difficultés, un écart de privilège est apparu dans le déploiement de la vaccination, les hôpitaux facturant des prix différents pour le même vaccin. Certains hôpitaux des zones riches ont vendu le shot Covishield, fabriqué en Inde, pour 1 800 roupies (25 $) la dose, soit près du double des 950 roupies facturés ailleurs.

De plus, les Indiens des villes ont reçu des injections plus rapidement que ceux vivant à la campagne. Cela signifie que les vaccins restent indisponibles pour une grande partie de la population qui ne peut pas se le permettre ou qui n’a que peu ou pas accès aux hôpitaux privés.

IMPORTATEUR DE VACCINS

L’Inde – le plus grand producteur mondial de vaccins contre la polio, la diphtérie et d’autres maladies – a vendu ou fait don de plus de 66 millions de vaccins COVID-19 à 95 pays jusqu’à la mi-avril.

Mais alors que les infections ont commencé à augmenter vers la mi-mars en Inde, la clameur de vaccins à domicile a également augmenté. L’Inde a maintenant commencé à importer des vaccins et attend également des dons des États-Unis.

Le gouvernement s’attend à ce que les approvisionnements en vaccins s’améliorent considérablement à partir de juin. Il s’attend à produire suffisamment de vaccins d’ici décembre pour vacciner tous ses 950 millions d’adultes estimés, bien que ceux entre 18 et 45 ans soient les derniers sur la liste des priorités.

Plusieurs États indiens ont commencé à lever progressivement les restrictions sur les voyages et les entreprises, après une baisse des cas ces dernières semaines. Cependant, des experts de la santé ont averti que les cas pourraient à nouveau augmenter une fois que la plupart des États rouvriraient et ont appelé à accélérer les vaccinations.

Au 8 juin, moins de 4 % de la population adulte indienne avait reçu les deux doses de vaccin requises. Près de 14 % ont reçu au moins une dose et, parmi ce groupe, moins d’un dixième des 18-45 ans ont été vaccinés.

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *