Inondations en Syrie: les humanitaires travaillent «24 heures sur 24» pour apporter une aide d’urgence |

[ad_1]

Fournir un abri, de la nourriture, de l’eau potable et d’autres fournitures de secours est «une entreprise massive…[that] continuera pendant des mois », a déclaré Mark Cutts lors d’un point de presse à Genève.

«La réalité est que les gens de cette région sont confrontés à une situation catastrophique. Les gens dans ces camps sont désespérés et les humanitaires sont submergés par une crise qui, selon les Nations Unies, allait se produire », a-t-il précisé.

Une situation désastreuse

Dans le contexte de pluies torrentielles et de vents violents dans le nord-ouest de la Syrie alors que les travailleurs humanitaires tentent désespérément d’atteindre les communautés touchées, les derniers rapports indiquent qu’un enfant a été tué et au moins trois personnes blessées.

Quelque 121 000 personnes réparties sur 304 sites ont été gravement touchées et plus de 21 700 tentes endommagées ou détruites, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

«Je suis profondément préoccupé par l’impact dévastateur des récentes inondations sur les personnes déplacées vivant dans des camps dans le nord-ouest de la Syrie», a déclaré M. Cutts.

Il a souligné que les personnes qui luttaient déjà pour survivre avaient été emportées par l’eau pour beaucoup de leurs stocks alimentaires, articles ménagers et autres maigres possessions.

Le fonctionnaire de l’ONU a peint une image de l’eau contaminée; températures inférieures à zéro; des enfants, des personnes âgées et des mères enceintes bloquées dans des régions boueuses et reculées; et des milliers de personnes coupées de tous les services et de l’assistance pendant des jours.

Des chiffres stupéfiants

Dans l’ensemble, il y a environ 2,7 millions de personnes déplacées dans la dernière région d’Idleb contrôlée par les rebelles et dans d’autres parties du nord-ouest de la Syrie – dont 1,6 million répartis dans plus de 1300 camps et sites informels – et il n’y a pas assez d’établissements de santé, d’écoles ou d’autres éléments essentiels. services pour tous, selon le responsable de l’OCHA.

«L’année dernière encore, un million de personnes dans cette région ont été déplacées par les combats. Beaucoup d’entre eux vivent encore sous les oliviers au bord des routes, car il n’y a tout simplement pas assez de camps pour toutes ces personnes », a-t-il expliqué, notant que« la réponse internationale n’a pas été à la hauteur de la crise ».

‘De pire en pire’

Et entre les combats en cours, les déplacements, l’aggravation de la crise économique, le COVID-19, les températures glaciales et maintenant les inondations, «c’est une crise qui s’aggrave de plus en plus», a déclaré M. Cutts aux journalistes.

Outre les inondations, au 26 janvier, quelque 21 000 cas de COVID-19 ont été confirmés dans le nord-ouest de la Syrie.

Ce qu’il faut avant tout, c’est la fin du conflit – Coordonnateur humanitaire adjoint de l’ONU

«Malgré une réduction des nouveaux cas, le nombre de décès… a augmenté d’environ 46% à 380 depuis la mi-décembre», a-t-il mis à jour.

Violations du cessez-le-feu

Alors que la Syrie approche de sa 10e année de conflit, 12 millions de personnes ont été forcées de quitter leurs maisons, ce qui en fait la plus grande crise de déplacement de ce siècle, a déclaré le responsable de l’ONU.

Et bien que les bombardements et autres hostilités ouvertes restent nettement inférieurs à cette période de l’année dernière – avant le cessez-le-feu – l’artillerie et les bombardements similaires ont continué à toucher les communautés, faisant des victimes dans le nord-ouest en janvier, y compris dans la région d’Idleb.

«Ce qu’il faut avant tout, c’est la fin du conflit», a souligné M. Cutts. «Mais en l’absence de solution politique, nous devons garantir l’accès et le financement nécessaires pour la réponse humanitaire en cours».

«Quelle que soit l’ampleur de la crise humanitaire, tout le monde convient que les solutions sont en fin de compte politiques et non humanitaires», a-t-il conclu.

[ad_2]

Laisser un commentaire