Gonet : l’actualité des marchés au 8 juillet


Dow +1,12%, S&P 500 +1,50%, Nasdaq +2,28%, Russell 2000 +2,43%, SOX +4,48%, Eurostoxx +1,95%, SMI +0,93% .

Wall Street réalise sa quatrième séance haussière d’affilée, l’appétit au risque s’installe en peu plus dans les esprits, est-ce le début de quelque chose ou un nouvel épisode haussier dans un marché baissier ? Quoi qu’il en soit, le fait est que la chute de 12,5 % de l’indice S&P500 (SPX) en juin a désormais été réduite de moitié, le marché semble être en train de terminer ses nettoyages de (presque) printemps , il a commencé par la chambre des actions puis s’est attaqué à la cuisine des matières premières tout en passant la poussière sur les monnaies, en particulier l’euro. Hier on peut sentir un marché plus serein, un certain règne calme sur les parquets de trading, la rembourser se réplique de 2,5%, le VIX clôture à 26,08, ça se dégonfle lentement. D’ailleurs l’activité de couverture (hedging) fond comme neige au soleil, le VVIX (l’indice de la volonté de la éviter, oui je sais…) recule à son plus bas niveau depuis un mois. Le width (l’écart entre les titres clôturant en hausse par rapport à ceux en baisse) est nettement en faveur des acheteurs dans un rapport de 3 contre 1. Été oblige, les volumes d’échanges reculent notablement et le podium du jour du SPX se compose de l’énergie (qui respire un peu), de la consommation discrétionnaire (qui respire à nouveau) et de la technologie. Seul secteur à basculer du côté obscur de la cote hier : les utilitaires, ça a envoyé l’envie de croissance à plein nez, les actions dites de valeur sont boudées et les semi-conducteurs prennent la tête en décollant littéralement de 4,5 %, encouragés par Samsung et ses revenus meilleurs qu’attendu. Rappelons ici que ce secteur est considéré comme un des principaux indicateurs avancés du marché, amis oursons si vous nous regardez…

On le sait, le sentiment du marché décide de tout. Ou, il s’est tellement détérioré ces derniers mois que plus ou moins n’importe quelle pseudo bonne nouvelle est désormais susceptible de réveiller un taureau mort. Prenez la Chine par exemple, ce petit pays à l’est de l’Helvétie, qui décide hier de relancer son économie en autorisant ses collectivités locales à s’endetter pour investir, l’enveloppe globale se montant à 220 milliards de dollars. Ne cherchez pas plus loin, c’est très probablement cela qui permet au sentiment du marché de s’améliorer encore un peu hier. En outre, Joe Biden discute aujourd’hui d’une éventuelle réduction des droits de douane américains sur les produits chinois, selon l’agence Bloomberg. Le président des États-Unis se demande s’il faut supprimer certains des droits imposés par Donald Trump sur plus de 300 milliards de dollars d’importations chinoises. Le mois dernier, Janet Yellen a déclaré qu’une réduction pourrait contribuer à faire baisser le prix des marchandises. Bref, si la Chine se remet à produire un peu plus, c’est toute la planète finance qui en profitera.

Du côté de la Fed, Christopher Waller est «définitivement» favorable à une hausse des taux de 75 points de base ce mois-ci, suivie d’une hausse de 50 points de base en septembre. « Nous devons passer à un cadre beaucoup plus restrictif » et le faire « aussi vite que possible », déclare le gouverneur de la Fed. Il pense ceci dit que les craintes de recul sont exagérées et que l’indice des prix à la consommation doit ralentir à 2,5 %-3 % d’ici la fin de l’année. James Bullard convient qu’une hausse de 75 points de base est «très sensée». Le marché ne cille pas, il a désormais accepté l’idée de la fin des liquidités gratuites et quotidiennes, les Fed Funds s’attendent à 70 points de base de hausse le 27 juillet, puis un peu plus de 50 points le 21 septembre .

Sur le front des monnaies, le dollar reste fort et l’euro faible, la paire évolue à 1,0134 ce matin. Le livre sterling reprend des couleurs, le Câble traite à 1,1983, signe que l’entêtement de BoJo à rester en poste fait passer le Royaume-Uni pour un État faible. Le yen japonais s’applique peu après l’annonce de la tentative d’assassinat de l’ancien premier ministre Shinto Abe.

Le marché obligatoire est moins enclin à l’optimiste que son petit frère des actions, c’est bien connu. Avec des taux US à 2 et 5 ans qui pourraient légèrement au-dessus du 10 ans, le message reste celui d’un marché qui craint une régression.

Boris Johnson craque sous la pression et annonce sa diffusion de la fête tête du parti conservateur. Le futur ex premier ministre de Sa Majesté explique en résumé que la flûte coupe est pleine et qu’il a besoin de repos ce qui devrait lui permettre de mettre un peu de Beaune baume au cœur. Le Parti conservateur britannique conçu des plans pour un concours accéléré pour choisir le successeur de Boris Johnson, plutôt que de permettre le chant du cygne prolongé de trois mois proposé par les fonctionnaires de Downing Street. Les leaders du parti ont l’intention d’installer le nouveau Premier ministre début septembre, lorsque la Chambre des communes reviendra de sa pause estivale, rapporte le FT. M. Johnson déclare à ses principaux ministres que toute «décision fiscale majeure» devrait être laissée à son successeur.

L’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe a été transporté à l’hôpital dans un état inconscient après avoir reçu une balle dans la poitrine alors qu’il prononçait un discours de campagne à Nara. Abe, 67 ans, s’exprimait avant les élections de la Chambre haute prévue dimanche. Un homme a été arrêté en relation avec l’incident. La violence par arme à feu est presque inconnue au Japon – il n’y a pas eu de cas de violence par arme à feu à Tokyo l’année dernière.

Au menu macro-économique du jour, un seul chiffre à suivre, le rapport sur l’emploi aux Etats-Unis. Les économistes désignés que l’économie américaine ont créé 268’000 postes de travail au mois de juin ainsi qu’un taux de chômage dégradé à 3,6%. Pour le reste nous suivrons d’un œil distrait la balance commerciale française, la consommation des ménages japonais et les stocks des grossistes américains.

Elon Musk pourrait renoncer à Twitter à cause de l’incapacité du réseau à déterminer le nombre de faux comptes, selon le Washington Post. Lufthansa va encore annuler massivement des vols à cause du manque de main d’œuvre. Elliott serait en train de bâtir une position dans Swedish Match, selon Bloomberg. Le PDG de Boeing évoque une éventuelle annulation du B737MAX10. SGS rachète Proderm. Holcim se renforce en Roumanie. Volkswagen tient une réunion de son conseil de surveillance aujourd’hui ; l’introduction en bourse de Porsche et les questions relatives au logiciel Cariad seront probablement proposées. À l’ordre du jour indiquant le positionnement futur de l’unité de logiciels Cariad et le souhait d’Audi d’entrer dans la série de courses de Formule 1. L’introduction en bourse de la filiale de voitures de sport Porsche est également discutée. La situation sensible des droits de l’homme en Chine et la position du conseil d’administration seront également évoquées.

Cette nuit et ce matin en Asie, les indices génèrent une hausse hors hormis Shanghai, qui recule de 0,23%. Tokyo grappille 0,10% à la cloche, l’indice Nikkei225 rend ceci dit du terrain après l’annonce de l’agression contre Shinzo Abe. Hong Kong progresse de 0,34% et Séoul gagne 0,70%. Le futur SPX recule de 14 points, il était déjà dans une telle configuration hier matin, et l’Europe ouvre en léger repli de 0,2%. Le pétrole repasse au-dessus des 100 dollars le baril de WTI Light Crude et l’or se stabilise à 1742 dollars l’once. Tout le monde sur le pont à 14h30 pour le rapport américain sur l’emploi !

L’actualité des marchés revient lundi 25 juillet.

Laisser un commentaire