François appelle à un cessez-le-feu humanitaire à long terme à Gaza


S’adressant au débat annuel de l’Assemblée sur la question de Palestine, Dennis Francis a exhorté les États membres de l’ONU à trouver un terrain d’entente, à s’engager les uns avec les autres de bonne foi et à accroître leur détermination collective pour mettre fin à la crise.

« Plus la peur, la méfiance, l’appétit de vengeance, la haine et l’anxiété s’enveniment et s’approfondissent – ​​plus le gouffre psychologique se creuse et plus l’ombre qu’il projette sur les générations à venir s’assombrit », a-t-il déclaré.

M. Francis a souligné qu’une sécurité et une stabilité durables au Moyen-Orient « ne peuvent pas et ne seront pas » réalisées sans une paix juste, durable et globale.

Le seul moyen viable de briser le cycle sans fin des conflits, de la violence et des douleurs et souffrances mutuelles, a-t-il déclaré, passe par une solution à deux États, conformément aux résolutions de l’Assemblée générale.

Cessez-le-feu humanitaire

Le président Francis a salué le cessez-le-feu temporaire à Gaza, le qualifiant de « percée d’espoir ». Cependant, « ce n’est pas vraiment suffisant », a-t-il ajouté.

« Je réitère mon appel à un cessez-le-feu humanitaire à plus long terme afin que la nourriture, l’eau et l’aide médicale désespérément nécessaire puissent parvenir à tous ceux qui en ont besoin dans la bande de Gaza et dans toutes les zones touchées », a-t-il déclaré, appelant à un traitement humain et à la libération immédiate et inconditionnelle de tous. des otages.

Il a également souligné que les couloirs d’aide humanitaire doivent rester ouverts et sécurisés et, plus simplement, doivent être autorisés à entrer à Gaza et dans les zones touchées.

Protéger les civils

M. Francis a dénoncé les dégâts aveugles causés aux écoles gérées par l’agence des Nations Unies d’aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA) et qui abritent plus d’un million de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

« Il est impensable que dans le cadre de cette guerre, contrairement aux règles de la guerre, les écoles ne soient plus inviolables, et qu’elles ne soient plus utilisées exclusivement aux fins prévues – l’éducation », a-t-il déclaré, soulignant que la protection des civils doit rester primordiale.

Reconstruire la confiance

En conclusion, il a exhorté les nations à « retrouver le chemin du retour pour rétablir la confiance ».

Faites confiance aux principes d’égalité consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Charte des Nations Unies et le droit international, a-t-il souligné.

« Il faut espérer que les parents et les proches des deux côtés de ce conflit – et dans tout le Moyen-Orient – ​​pourront coucher leurs enfants chaque soir en toute sécurité », a-t-il déclaré.

Hommage à l’ancien Président de l’Assemblée

Au début de la réunion, l’Assemblée générale a observé une minute de silence pour Samuel Rudolph Insanally, président de la 48e session de l’Assemblée générale (1993-94).

Diplomate chevronné du Guyana, M. Insanally a également été ambassadeur et représentant permanent du pays auprès de l’ONU dans les années 1980, et de 2001 à 2008, ministre des Affaires étrangères. Il est décédé dimanche à l’âge de 87 ans.

Samuel R. Insanally s'adressant à l'Assemblée générale.

Samuel R. Insanally s’adressant à l’Assemblée générale.

Guterres appelle à nouveau à une solution à deux États

Dans une déclaration publiée à l’approche de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, mercredi, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé une fois de plus à un cessez-le-feu humanitaire à long terme, à un accès sans restriction à l’aide vitale, à la libération de tous les otages, à la protection des civils et mettre un terme aux violations du droit international humanitaire.

Dans son message, le chef de l’ONU a souligné la nécessité d’avancer de « manière déterminée et irréversible » vers une solution à deux États. Cela doit être basé sur les résolutions de l’ONU et le droit international, a-t-il déclaré, Israël et la Palestine vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, avec Jérusalem comme capitale des deux États.

« L’ONU ne faiblira pas dans son engagement envers le peuple palestinien. Aujourd’hui et chaque jour, soyons solidaires des aspirations du peuple palestinien à réaliser ses droits inaliénables et à construire un avenir de paix, de justice, de sécurité et de dignité pour tous », a-t-il déclaré.

Dans son message, le chef de l’ONU a également exprimé ses condoléances à toutes les familles pleurant la perte d’êtres chers dans la région.

« J’ai été clair dans ma condamnation des attaques terroristes perpétrées par le Hamas le 7 octobre. Mais j’ai également dit clairement qu’ils ne peuvent justifier la punition collective du peuple palestinien », a-t-il déclaré.

Il a également rendu hommage à l’UNRWA et à son personnel, appelant la communauté internationale à soutenir l’agence.

La Journée Internationale

La Journée internationale est célébrée chaque année vers le 29 novembre, conformément aux mandats contenus dans les résolutions 32/40 B, 34/65 D de l’Assemblée et les résolutions ultérieures adoptées par l’Assemblée générale au titre du point de son ordre du jour « Question de Palestine ».

C’est le 29 novembre 1947 que l’Assemblée générale adopta la résolution 181 (II), connue sous le nom de résolution de partage.

Cette résolution prévoyait la création en Palestine d’un « État juif » et d’un « État arabe », avec Jérusalem comme « entité distincte » placée sous un contrôle juridique et politique international spécial.

Laisser un commentaire