Faire de 2021 une année de possibilités et d’espoir, déclare le chef de l’ONU à l’Assemblée générale |

[ad_1]

Décrivant ses priorités pour les mois à venir, M. Guterres a souligné que le moment était venu de garantir le bien-être des personnes, des économies, des sociétés et de la planète.

De la tragédie à la transformation

«2020 nous a apporté tragédie et péril. 2021 doit être l’année du changement de vitesse et de la mise sur les rails du monde », a-t-il déclaré, s’exprimant depuis le podium de la salle de l’Assemblée générale.

«Nous devons passer de la mort à la santé; de la catastrophe à la reconstruction; du désespoir à l’espoir; du statu quo à la transformation. »

Le Secrétaire général a appelé à une réinitialisation mondiale alors que le monde continue de se remettre de la pandémie COVID-19, qui a fait plus de deux millions de vies et quelque 500 millions d’emplois.

Il a déclaré que la crise était une opportunité de changement, déclarant: «Nous pouvons passer d’une Annus horribilis pour en faire un «annus possibilitatis» – une année de possibilités et d’espoir.

La solidarité vaccinale une priorité absolue

Garantir l’égalité d’accès aux vaccins COVID-19 nouvellement développés est la première étape de la transformation, mais ici, le monde est en retard.

«Les vaccins atteignent rapidement une poignée de pays, alors que les pays les plus pauvres n’en ont pas. La science réussit – mais la solidarité échoue », a déclaré le chef de l’ONU.

Qualifiant les vaccins de «premier grand test moral devant nous», M. Guterres a exhorté les pays à intensifier leur soutien à la Facilité COVAX, la coalition internationale qui travaille pour rendre ces traitements disponibles et abordables pour tous.

«Il n’y a qu’un seul vainqueur dans un monde de vaccinés et de non vaccinés: le virus lui-même», a-t-il souligné.

Reprise inclusive et durable

Cependant, le monde ne peut guérir si les économies sont en vie, a poursuivi le Secrétaire général, soulignant à quel point le relèvement post-pandémie doit être à la fois inclusif et durable.

Les pays doivent maintenant investir dans des secteurs tels que la santé, la protection sociale, l’emploi et l’éducation.

M. Guterres était préoccupé par les pays en développement, qui ont perdu énormément de transferts de fonds et de recettes touristiques en raison de la crise, et il a souligné la nécessité d’un allégement de la dette et d’un soutien financier.

« La relance doit également être durable – englobant les énergies renouvelables et des infrastructures vertes et résilientes », a-t-il ajouté. « Sinon, nous enfermerons des pratiques néfastes pour les décennies à venir. »

Une «  année critique  » pour l’action climatique

Faire la paix avec la nature est une autre priorité absolue pour 2021, que le Secrétaire général a qualifiée d ‘«année critique» pour le climat et la biodiversité.

«J’appelle chaque ville, entreprise et institution financière à adopter des feuilles de route concrètes avec des jalons intermédiaires clairs pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Des secteurs clés comme le transport maritime, l’aviation, l’industrie et l’agriculture doivent faire de même», a-t-il déclaré.

M. Guterres a mis les pays au défi d’éliminer progressivement l’énergie au charbon au cours des deux prochaines décennies et de mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles, les exhortant à «déplacer la charge fiscale des revenus vers le carbone, des contribuables aux pollueurs».

Le chef de l’ONU a de nouveau exprimé sa solidarité avec les pays en développement, en particulier les petits États insulaires en développement confrontés à la menace existentielle du changement climatique.

«Leurs territoires pourraient disparaître de notre vivant», a-t-il prévenu. «Nous ne devons jamais permettre qu’un État membre soit contraint de plier son drapeau à cause d’un problème qu’il est de notre pouvoir de régler.»

Combattez le néonazisme et le racisme

Avec la montée de l’extrême pauvreté et de la faim, la pandémie a aggravé les inégalités et les injustices. Les droits de l’homme et les libertés fondamentales sont également menacés, car les femmes, les filles, les minorités et les personnes LGBTI sont victimes de discrimination et de violence chroniques.

En se félicitant du nouvel élan dans la lutte mondiale pour la justice raciale, le Secrétaire général a souligné l’engagement de l’ONU à promouvoir la tolérance.

«Nous devons tous nous dresser contre la montée du néonazisme et de la suprématie blanche», a-t-il déclaré.

«Les Nations Unies ne dévieront jamais de leur engagement de lutter contre le racisme et la discrimination. Il n’y a pas de place pour le racisme au sein de notre Organisation – et nous continuerons notre travail pour l’extirper. « 



[ad_2]

Laisser un commentaire