Factbox-Les inondations dans l’ouest de l’Allemagne pourraient s’avérer coûteuses pour les assureurs | Nouvelles du monde


MUNICH (Reuters) – Les inondations dévastatrices dans l’ouest de l’Allemagne cette semaine pourraient devenir l’une des catastrophes naturelles les plus coûteuses du pays au cours des 20 dernières années, selon les données antérieures de l’industrie.

L’association allemande du secteur des assurances GDV prévoit de donner sa première estimation des dommages la semaine prochaine. Les dommages globaux pourraient être considérablement plus élevés que les dommages assurés, car selon l’industrie, seuls 45 % environ des bâtiments sont assurés contre les inondations et les fortes pluies.

Voici un récapitulatif des catastrophes naturelles les plus coûteuses en Allemagne depuis 2002 (dommages assurés en dommages ainsi qu’en assurance automobile) :

Date de l’événement dommages assurés*

Inondations d’août, parmi août 2002 4,5 milliards d’euros

Caricatures politiques sur les dirigeants mondiaux

Tempête Kyrill janvier 2007 3,4 milliards d’euros

Averses de grêle Andreas juillet 2013 3,1 milliards d’euros

Inondations de juin, parmi juin 2013 2,1 milliards d’euros

Averses de grêle, juin 2021 1,7 milliard d’euros**

Tempête Jeanett Octobre 2002 1,4 milliard d’euros

Tempête de grêle Hilal mai 2008 1,3 milliard d’euros

Tempête Friederike janvier 2018 1,15 milliard d’euros

** selon estimations préliminaires

Et voici un récapitulatif des années de catastrophes naturelles les plus chères depuis 1973 (dommages assurés en dommages ainsi qu’en assurance automobile) :

Année Dégâts* Grands événements natcat

1990 11,1 milliards d’euros Tempêtes Vivian et

2002 10,9 milliards d’euros Inondations sur l’Oder

2013 9,3 milliards d’euros Grêle, inondations de juin

1984 8,0 milliards d’euros Grêle à Munich

1976 6,5 milliards d’euros Onde de tempête au

2007 6,2 milliards d’euros Tempête Kyrill

Source : Association allemande du secteur des assurances GDV

(Reportage d’Alexander Hübner ; écrit par Maria Sheahan ; édité par Philippa Fletcher)

Copyright 2021 Thomson Reuters.

Laisser un commentaire