En exploitant les technologies numériques, nous protégeons l’éducation

[ad_1]

GLOBAL

Les pays qui veulent un système éducatif durable devraient regarder au-delà des formes traditionnelles d’apprentissage et tirer parti des outils d’apprentissage numériques. Pourtant, les établissements d’enseignement supérieur des économies émergentes ont été réticents à se sevrer des environnements d’apprentissage traditionnels et à créer des environnements de cyberécole. En revanche, ceux des pays avancés ont adopté des technologies évolutives et révolutionnaires.

En conséquence, les gains prononcés de la quatrième révolution industrielle (4RI) dans l’éducation ont été ressentis de différentes manières par les établissements d’enseignement supérieur des pays développés et en développement. La pauvreté technologique dans l’éducation dans les régions en développement a créé des inégalités d’une manière qui menace la réalisation d’une éducation inclusive et équitable de qualité inscrite dans l’objectif de développement durable 4 (ODD 4).

Il ne fait aucun doute que l’intégration de la technologie dans l’enseignement et l’apprentissage améliore l’accès à l’éducation, stimule l’intérêt des élèves pour l’école et permet aux enseignants d’atteindre des niveaux de productivité plus élevés. Les mécanismes démodés de prestation de l’éducation deviennent de plus en plus inefficaces lorsqu’il s’agit de résoudre les problèmes sociaux complexes auxquels nous sommes confrontés en cette ère de mondialisation.

La perturbation de l’éducation causée par la pandémie a nécessité la diffusion de la technologie de l’éducation à l’échelle mondiale. De nombreuses « nations appauvries » qui ont résisté à l’idée d’intégrer des technologies de pointe dans l’éducation ont dû migrer de toute urgence de la modalité traditionnelle d’enseignement en face à face vers un mode en ligne.

Mais la question est la suivante : les établissements d’enseignement supérieur des pays en développement évoluent-ils avec la technologie après la crise pandémique ?

Les défis de l’apprentissage en ligne

Les ravages causés par le COVID-19 ont touché plus de 1,5 milliard d’étudiants dans le monde. L’apprentissage en ligne est devenu la voie alternative et, dans certains pays, le seul moyen légal de poursuivre l’éducation en raison des normes de distanciation sociale et des confinements qui l’accompagnent.

Le gel soudain de la méthode d’enseignement habituelle de la craie et de la parole et l’adoption de l’apprentissage amélioré par la technologie dans les établissements d’enseignement supérieur des pays en développement en raison de COVID-19 ont conduit à des défis sans précédent.

Les rapports de l’UNESCO suggèrent que 826 millions d’étudiants qui ont dû suivre un apprentissage à distance conçu par COVID-19 n’avaient pas d’ordinateur domestique et 706 millions n’avaient pas accès à Internet.

Ceux qui ont pu s’engager ont été confrontés à des retards de réseau, à des problèmes dans le système de gestion de l’apprentissage, à des fonds limités pour acheter des ensembles de données ou des outils numériques et à de nombreux autres défis.

Possibilités technologiques

Néanmoins, la diffusion rapide de la technologie dans les établissements d’enseignement supérieur des économies en développement pendant la crise du COVID a fourni une fenêtre d’opportunité pour la massification de la technologie dans l’éducation.

De nombreuses initiatives ont été observées dans le monde entier montrant comment les chefs d’établissement et les parties prenantes concernées ont utilisé l’apprentissage amélioré par la technologie pour éviter une catastrophe générale dans l’éducation. Cela a précipité des changements positifs importants parmi les enseignants et les élèves en termes de renforcement de leur culture et de leurs capacités numériques en les exposant à des méthodes d’apprentissage basées sur le Web et virtuelles.

Avec l’avènement de puissants vaccins contre le COVID-19 et la disparition de la menace initiale de la pandémie, de nombreux établissements d’enseignement supérieur des pays en développement interrompent leurs efforts pour tirer parti des outils technologiques pour promouvoir l’apprentissage en ligne. Certaines raisons fréquemment citées sont le manque de fonds et d’infrastructures pour poursuivre l’enseignement en ligne. Est-ce la bonne décision ?

Construire un cadre résistant aux crises

L’éducation dans le monde post-COVID doit être protégée contre les futures catastrophes et pandémies. L’avenir est imprévisible et il est peu probable que le secteur de l’enseignement supérieur échappe à de nouvelles perturbations. Comme le dit un érudit : « Ne pas se préparer, c’est se préparer à échouer ».

À cette fin, exploiter les technologies numériques pour faciliter l’enseignement et l’apprentissage est un moyen efficace de construire des systèmes éducatifs résilients aux futures pandémies. L’éducation post-pandémique doit être conçue pour résister aux événements imprévus et aux urgences qui constituent des dangers pour l’éducation progressive et l’apprentissage tout au long de la vie.

Plusieurs établissements d’enseignement supérieur sont encore en train d’évaluer et de se remettre des dommages causés par la pandémie de COVID-19. Construire un cadre résistant aux crises pour les établissements d’enseignement supérieur signifie que des solutions durables sont déjà disponibles pour atténuer toute menace future pour l’éducation.

Pour garantir la continuité de l’éducation, la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, en collaboration avec de hauts responsables gouvernementaux, a lancé un appel mondial à investir dans l’avenir de l’éducation lors de la Réunion mondiale sur l’éducation 2021 à Paris par le biais de la Déclaration de Paris.

De la récupération à la transformation

L’adversité peut être une bénédiction ou une malédiction selon la façon dont vous y répondez, et c’est au milieu d’une grande adversité que les inventions révolutionnaires voient le jour. Bien qu’un grand nombre d’établissements d’enseignement supérieur dans le monde, en particulier dans les pays en développement, aient repris l’apprentissage physique, nous ne devons pas simplement chercher à nous remettre de la perte éducative de la pandémie, mais à transformer notre façon d’apprendre.

Le déploiement et l’utilisation de la technologie moderne dans la salle de classe peuvent permettre aux enseignants d’adopter des méthodes d’enseignement centrées sur l’humain et l’apprenant et, en même temps, de promouvoir un apprentissage dynamique et flexible.

La recherche d’un retour à « l’éducation comme à la normale » ne doit pas empêcher les établissements d’enseignement supérieur d’être inventifs. Une culture numérique solide soutenue par un leadership numérique fort peut accélérer la transformation numérique de l’éducation.

L’investissement dans la technologie lorsqu’il s’agit de développement professionnel pour les enseignants et dans les ressources éducatives ouvertes pour les apprenants sont des étapes essentielles nécessaires pour orienter la transformation de l’éducation en cette ère intelligente. La création de campus plus intelligents et d’espaces d’apprentissage hybrides peut catalyser le programme de transformation.

La demande d’apprentissage assisté par la technologie

La diffusion de la technologie s’est intensifiée en raison des problèmes complexes auxquels sont confrontées les sociétés modernes et de la nature en constante évolution de notre monde. De nos jours, la technologie est omniprésente et opérationnelle dans les lieux de travail modernes et dans divers secteurs de la société.

L’apprentissage assisté par la technologie joue un rôle central en aidant les élèves à acquérir les compétences du XXIe siècle (telles que la pensée informatique, la communication, la créativité et les compétences analytiques et collaboratives) nécessaires sur le marché du travail.

Les générations à venir doivent être aptes à interagir avec des formes avancées de technologie, telles que l’intelligence artificielle de plus en plus omniprésente, afin d’être prêtes pour les nouvelles professions basées sur la technologie à venir.

Ainsi, au lendemain de la pandémie de COVID-19, l’éducation ne doit pas stagner ou tourner le dos à l’innovation technologique. Les éducateurs et les décideurs en matière d’éducation, en particulier ceux des pays en développement, devraient anticiper les énormes changements à venir dans l’industrie de l’éducation et des affaires et injecter la technologie dans l’enseignement et l’apprentissage.

L’apprentissage assisté par la technologie dans les établissements d’enseignement supérieur est au premier plan de la réforme de l’éducation et du renforcement du capital humain pour des avantages sociaux et économiques partagés.

Michael Agyemang Adarkwah Agyemang est chercheur postdoctoral au Smart Learning Institute, Université normale de Pékin, Chine. Il a obtenu son doctorat en leadership et gestion de l’éducation à la Southwest University. Il est titulaire d’un baccalauréat en soins infirmiers et a travaillé comme infirmier autorisé (RGN) au Ghana. Michael est un pair examinateur expert international. Il fait partie du comité de rédaction du Revue d’études pédagogiques et d’approches multidisciplinaires et le Revue internationale d’études sur l’éducation moderneet Recherche en éducation sociale. Il est éditeur associé pour SN Sciences sociales et a récemment été invité à servir en tant que rédacteur en chef adjoint du Journal d’apprentissage en ligne.

[ad_2]

Laisser un commentaire