Direct éco / L’actualité économique du jour. Pénurie de chauffeurs routiers en Europe, 40 000 postes disponibles en France

[ad_1]

Suivez ici l’actualité économique régionale et nationale du vendredi 19 novembre 2021, actualisée chaque heure de 9h à 18h.

<<< Pour nous contacter au sujet d'informations économiques : LDLentreprises@ledauphine.com

<<< Retrouvez ici le fil d'informations économiques du jeudi 18 novembre 2021

Retrouvez également notre page LinkedIn pour suivre notre actualité

Archives photos Le DL/Thierry GUILLOT

Pénurie de chauffeurs routiers en Europe, 40 000 postes disponibles en France

Avec le ralentissement de l’épidémie, l’économie a redémarré de façon très vive en Europe. En témoigne l’encombrement du transport commercial routier et maritime, noyé sous les commandes. Et si le transport routier peine autant, c’est aussi car le secteur ne parvient pas à recruter. Cette pénurie de chauffeurs, déjà présente avant la crise sanitaire, devient maintenant urgente. Il manque 400 000 chauffeurs routiers en Europe et tous les pays sont concernés. La Pologne rechercherait plus de 120 000 conducteurs, l’Allemagne 60 000 et l’Espagne 15 000, une étude du cabinet britannique Transport Intelligence (TI). Sur le territoire français, le secteur recherche entre 40 000 et 50 000 personnes, soit deux fois plus qu’en 2017, d’après la Fédération nationale des transports routiers (FNTR). En Auvergne-Rhône-Alpes, les chauffeurs sont dans le top 5 des métiers les plus recherchés. Dans la région, ce sont 6 000 conducteurs pour les longues distances et 3 000 pour les courtes distances qui sont espérées.

Les raisons de cette pénurie sont multiples. Les routiers vieillissants et les jeunes peu marqués par ce métier. Le secteur souffre d’une mauvaise image, les conditions de travail sont compliquées et les salaires bas. Alors que les dirigeants rivalisent d’imagination pour redorer le blason du transport routier, les syndicats négocient actuellement pour obtenir des mesures pour améliorer la santé et le bien-être des chauffeurs, ainsi que pour une revalorisation des salaires.



Vous ne voulez rien manquer de l’actualité économique du Dauphiné et d’ailleurs ?

Abonnez-vous à notre newsletter « Direct Eco hebdo » et recevez chaque semaine, un condensé des meilleures actualités économiques du moment.

La prochaine newsletter sera envoyée mardi 23 novembre, à 12h.

Haute-Savoie : l’industrie du vélo évaluée par une mission parlementaire

La députée de Haute-Savoie, Véronique Riotton, a accueilli son confrère du Val-de-Marne, Guillaume Gouffier-Cha à Annecy ce jeudi 18 novembre. Le député, missionné par Jean Castex pour évaluer l’industrie du vélo en France, a conclu son tour de la région Auvergne-Rhône-Alpes par notre département. Il a donc fait étape au siège de Mavic, équipementier historique de l’industrie du cycle, à Épagny Metz-Tessy. Puis il a visité la start-up annécienne Bikle, dans les locaux d’Alpine Aluminium, à Cran-Gevrier.

À lire : Haute-Savoie : l’industrie du vélo en Haute-Savoie évaluée par une mission parlementaire

Photo Le DL/Christophe AGOSTINIS
Photo Le DL/Christophe AGOSTINIS

Vaucluse : ces petits commerces qui n’ont même pas peur des grands

Richard Hemin, n’est autre que le patron du Grand Café Barretta, mais également le président de la Fédération des commerçants et artisans d’Avignon et de la branche restauration de l’UMIH 84. Le patron des commerçants d’Avignon se dit persuadé que les centres-villes ont un avenir. Même si de grands centres commerciaux prospèrent à quelques kilomètres d’ici. Comme le village de marques McArthurGlen Provence, qui en 2017 a ouvert à Miramas (13). Avec 118 boutiques, 1 600 places de stationnement gratuit, et des rabais d’au moins 30 %. Pour Richard Hemin, la ville tenue de nouveaux commerçants, comme une clientèle en provenance d’autres départements : « On voit même des gens d’Aix-en-Provence qui reviennent à Avignon. C’est que la ville est attrayante. Alors même si les grands centres comme McArthurGlen diluent la clientèle, je ne suis pas vraiment convaincu qu’ils nous mettent en danger. »

À lire : Vaucluse : ces petits commerces qui n’ont même pas peur des grands

L’UFC Que-Choisir accompagne le lancement de l’application « QuelProduit »

L’UFC Que-Choisir a lancé l’application « QuelProduit », à l’occasion du 70e anniversaire de sa création. « Cette application est téléchargeable gratuitement, explique Gilbert Sanchez, secrétaire de l’antenne locale albenassienne. Elle a pour ambition d’accompagner ses utilisateurs pour consommer plus sain. » Pour traquer les ingrédients indésirables, il suffira de scanner le code-barres des produits ménagers, cosmétiques et alimentaires, afin de découvrir leur niveau de danger pour la santé. Cinq niveaux, selon un code couleur allant du vert au rouge, permettent de noter les produits.

À lire : Trois jours de tournée pour le van de l’UFC-Que choisir

Photo Le DL/ Vincent PROD'HOMME
Photo Le DL/ Vincent PROD’HOMME

Isère : un vélo électrique « made in Auvergne-Rhône-Alpes »

Le groupe Magellan, basé à Saint-Quentin-Fallavier et spécialisé dans le tennus, via sa toute nouvelle marque Ymagine Bikes, a créé un vélo à assistance électrique (VAE) en grande partie fabriqué dans la région. Plusieurs pièces indispensables, comme le cadre en carbone et la batterie, proviennent toutefois d’Asie. Pour deux raisons : la première, c’est qu’il y a une pénurie de beaucoup de pièces sur le marché depuis la crise sanitaire. La seconde, c’est que pour proposer un prix concurrentiel [2 300 euros environ], c’était indispensable.

À lire : Une entreprise iséroise à l’origine d’un vélo électrique « made in Auvergne-Rhône-Alpes »

La ministre du Logement sort le chéquier pour les friches

Emmanuelle Wargon, la ministre chargée du Logement, doit dévoiler ce vendredi 19 novembre les projets qui seront financés par l’État, dans le cadre du fonds friches. Elle veut faire revivre de nombreux sites en les transformant. On sait déjà que sur les 280 millions d’euros de subventions allouées à ces chantiers, 36,5 millions d’euros iront en Auvergne-Rhône-Alpes, dont 9,6 millions d’euros pour les départements de l’Ain, de la Savoie et de la Haute-Savoie. Parmi les projets retenus, figurent, par exemple, la réhabilitation en écorésidence de la friche Montgalgan à Moûtiers, la transformation d’une friche militaire et universitaire en logement au Bourget-du-Lac ou encore le vaste plan de transformation de l’ex- site des Orphelins apprentis d’Auteuil, à Servoz.

À lire : La ministre du Logement sort le chéquier pour les friches

Photo Le DL/Jean-François CASANOVA
Photo Le DL/Jean-François CASANOVA

Savoie : 81 000 signatures contre la zone d’activité, Alp’Arc se défend

La zone d’activités Alp’Arc (28 hectares, 330 emplois) a commencé sa première phase d’extension pour 17 hectares supplémentaires à vocation industrielle, d’ici mars prochain. Avec les perspectives avancées par le Schéma de cohérence territoriale de la Métropole Savoie (95 000 habitants supplémentaires d’ici 2040, soit 38 000 emplois), la zone Alp’Arc affiche sa vocation industrielle et un objectif ambitieux de 40 emplois à l’hectare. Une opération de 4 millions d’euros pour le syndicat mixte à l’origine d’un projet écologiste décrié par les logistes.

À lire : Savoie : 81 000 signatures contre la zone d’activité, Alp’Arc se défend

788 entreprises de l’aéronautique et de l’automobile aidées par le plan de relance

Un total de 788 entreprises françaises de l’automobile et de l’aéronautique ont reçu ou recevront une aide à la modernisation dans le cadre du plan de relance annoncé fin 2020, pour un montant de 654 millions d’euros à ce jour, a ce jeudi 18 novembre le ministère de l’Industrie. Regroupées dans le plan France Relance, les aides sont accordés à des « projets » de modernisation, de diversification et de verdissement des technologies, devant permettre aux industriels d’absorber la crise tout en préparant le futur, notamment pour numériser et automatiser leurs procédés, ou préparer l’avion vert du futur.

[ad_2]

Laisser un commentaire