Décisions de dépistage du cancer du côlon : quelle est la meilleure option et quand ?

[ad_1]

illustration d'intestins flanqués de deux personnages en gommage médical, celui de gauche tient un presse-papiers et celui de droite tient une loupe et la tient au-dessus du côlon

Le cancer colorectal (CRC) est la deuxième cause de décès par cancer aux États-Unis, et les taux augmentent, en particulier chez les adultes âgés de 20 à 49 ans. Malheureusement, environ 30 % des personnes éligibles aux États-Unis n’ont toujours pas été dépistées pour le CCR.

Le cancer du côlon peut être prévenu grâce à des tests de dépistage qui recherchent un cancer ou des excroissances précancéreuses appelées polypes du côlon.

Quand commencer le dépistage ?

Le groupe de travail sur les services préventifs des États-Unis recommande de commencer le dépistage du CCR à 45 ans pour les patients à risque moyen. Ces lignes directrices reflètent les recherches les plus récentes sur le moment où le risque de cancer du côlon commence à augmenter.

Les patients à risque moyen sont ceux qui n’ont pas d’antécédents personnels ou familiaux de cancer du côlon ou d’une maladie génétique qui augmente le risque de développer un CCR. Pour cette raison, il est important que les patients partagent leurs antécédents familiaux, y compris tous les diagnostics de cancer chez les parents par le sang, avec leur médecin traitant, qui peut aider à décider du bon moment pour commencer le dépistage du cancer du côlon.

Il est conseillé aux patients à haut risque de commencer le dépistage avant l’âge de 45 ans. Un médecin de soins primaires peut aider à déterminer quand et comment un patient qui s’inquiète de son niveau de risque doit subir un dépistage du CCR. Patients ayant des antécédents de CCR ou de polypes ; un membre de la famille au premier degré atteint d’un CCR ou de polypes avancés (ceux qui seraient devenus un CCR s’ils n’avaient pas été retirés) ; des antécédents familiaux de certains syndromes génétiques ; ou des antécédents de maladie intestinale inflammatoire (comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse) sont quelques exemples de facteurs à haut risque.

Quelles sont les options pour le dépistage du CCR ?

Coloscopie : La coloscopie est l’étalon-or des tests de dépistage et identifie environ 95 % des CCR. C’est également la seule méthode qui permet à un gastro-entérologue de détecter et d’éliminer les polypes du côlon potentiellement précancéreux. Les coloscopies sont considérées comme des procédures à faible risque, mais elles présentent un faible risque de saignement et de perforation qui augmente dans les groupes plus âgés.

Les patients doivent nettoyer leur côlon avant la procédure en buvant une préparation de coloscopie, qui élimine les selles du côlon afin qu’elles puissent être correctement évaluées pendant la procédure. Les instructions de prescription pour la préparation sont fournies par le bureau du gastro-entérologue.

Dans la plupart des cas, la procédure sera réalisée sous sédation pour s’assurer que le patient est aussi confortable que possible. Il est important de noter que les patients ne sont pas placés sous anesthésie générale, mais la plupart restent somnolents et confortables tout au long de leur coloscopie.

Au cours de la coloscopie, un gastro-entérologue insère un tube flexible muni d’une caméra à son extrémité, appelé coloscope, dans le rectum. L’ensemble du côlon est ensuite soigneusement examiné. Si aucun polype n’est détecté et que la préparation (nettoyage) du côlon est adéquate, une nouvelle coloscopie est suggérée dans 10 ans. Si des polypes sont détectés ou si le niveau de risque ou les symptômes du patient changent, cet intervalle sera plus court.

Test FIT: Le test immunochimique fécal (FIT) est un test de laboratoire qui recherche le sang caché dans les selles. Les patients utilisent un kit pour recueillir leurs selles, puis utilisent une sonde pour gratter les selles, qui sont ensuite placées dans un tube et envoyées au laboratoire. Les tests FIT sont répétés chaque année. Un inconvénient du test FIT est qu’il a un taux de faux positifs d’environ 5 %. Il peut efficacement exclure le CRC avec une précision de 79 %. Le test FIT est non invasif, pratique et rentable, ce qui en fait une alternative acceptable à la coloscopie pour de nombreuses personnes. Si un test de selles est positif, une coloscopie est nécessaire pour évaluer la raison du test positif.

Sigmoïdoscopie flexible: Un tube flexible muni d’une caméra permet d’observer le rectum et la partie inférieure du côlon. Les avantages de cette procédure sont qu’elle est plus rapide qu’une coloscopie (seulement 5 à 15 minutes) et nécessite des médicaments laxatifs moins agressifs. En règle générale, les patients reçoivent une sigmoïdoscopie flexible tous les cinq ans si aucun polype n’est détecté. Comme ce test n’examine pas l’ensemble du côlon, il ne peut pas détecter les cancers ou les polypes dans la partie non examinée. Au mieux, il peut détecter 70 % des cancers et des polypes.Si une anomalie est détectée, une coloscopie de suivi est nécessaire pour examiner l’ensemble du côlon.

CT colonographie : Un scanner est utilisé pour visualiser votre rectum et tout le côlon. Tout comme pour une coloscopie, les patients doivent prendre des médicaments laxatifs la veille pour vider le côlon. Un petit tube est placé dans le rectum pour dilater le côlon afin d’obtenir des images claires. Ce test peut être utile pour les patients qui ne tolèrent pas l’anesthésie ou qui ont d’autres conditions médicales qui les empêchent d’avoir une coloscopie. Un inconvénient de la colonographie par tomodensitométrie est l’exposition aux rayonnements et la découverte d’anomalies non liées à l’extérieur du côlon qui peuvent entraîner des tests inutiles. Bien que la colonographie CT soit précise à environ 88,7 % pour détecter certains polypes, elle est moins précise que la coloscopie dans son ensemble. Si le résultat de la colonographie CT est anormal, une coloscopie est nécessaire pour une évaluation complète du côlon.

Cologarde : Il s’agit d’un test où les patients recueillent leurs selles, les grattent avec une sonde, les insèrent dans un récipient contenant un agent de conservation et les envoient au laboratoire. Ce test recherche l’ADN atypique ou des traces de sang dans les selles collectées qui peuvent suggérer des polypes précancéreux ou un CCR. En règle générale, les patients répètent le test tous les trois ans. Si le test Cologuard est positif, une coloscopie est nécessaire pour une évaluation plus approfondie. Cependant, la précision de Cologuard est encore limitée ; 13% du temps, le test indique que le patient peut avoir un cancer alors qu’il n’en a pas. En 2019, une étude a montré que le test FIT annuel ou la coloscopie peuvent être plus efficaces et moins coûteux que Cologuard. D’autres recherches sont en cours pour évaluer la précision (et donc l’utilité) de ce test pour détecter le CCR.

Quelle option de dépistage choisir ?

La partie la plus importante du dépistage du cancer du côlon consiste à effectuer un test de dépistage. Pour la plupart des patients, la coloscopie ou le test FIT sont les moyens les plus courants de dépister le cancer du côlon. Cependant, il existe d’autres options à considérer si vous ne pouvez pas subir ou si vous êtes mal à l’aise avec la coloscopie ou le test FIT. En fin de compte, il s’agit d’une décision importante et personnalisée, et d’une discussion qu’un patient doit avoir avec son fournisseur de soins de santé, afin que le bon test puisse être effectué au bon moment.

[ad_2]

Laisser un commentaire