Artur Pawlowski arrêté et accusé d’avoir enfreint les ordres de la santé publique


Contenu de l’article

La police de Calgary a arrêté le prédicateur de rue Artur Pawlowski après qu’il ne se soit pas encore conformé aux ordres de santé publique lors d’un service religieux du samedi où des dizaines de personnes se rassemblaient sans masques et sans égard pour la distance physique.

Son frère, Dawid Pawlowski, a également été placé en détention.

Tous deux ont été accusés d’avoir organisé un rassemblement illégal en personne, en plus de «demander, inciter ou inviter d’autres personnes» à se joindre à eux, a déclaré le service de police de Calgary dans un communiqué.

Les partisans du prédicateur de rue Artur Pawlowski se rassemblent dans une église du sud-est de Calgary le samedi 8 mai 2021. Les policiers ont été invités à partir.
Les partisans du prédicateur de rue Artur Pawlowski se rassemblent dans une église du sud-est de Calgary le samedi 8 mai 2021. Les policiers ont été invités à partir. Photo de Darren Makowichuk /Postmedia

«Il est important de comprendre que les forces de l’ordre reconnaissent le désir des gens de participer à des rassemblements confessionnels ainsi que le droit de manifester. Cependant, alors que nous nous trouvons au milieu d’une pandémie mondiale, nous devons tous nous conformer aux ordonnances de santé publique afin d’assurer la sécurité et le bien-être de tous », a déclaré le CPS.

  1. Un groupe de membres de la communauté s'est réuni sur la pelouse voisine de l'église de la rue, qui tient un rassemblement malgré les restrictions du COVID-19, le samedi 1er mai 2021. Les voisins de l'église se disent en danger et harcelés par les fidèles et leur pasteur. Artur Pawlowski.

    Les voisins de Street Church «  terrorisés  » par un prédicateur et des adeptes anti-masque

  2. Artur Pawlowski, le pasteur de la Street Church de Calgary s'adresse aux membres de l'église en tant que participants à une manifestation contre le racisme et les membres de la Street Church s'affrontent pendant que la police maintient les deux groupes séparés à Olympic Plaza.  Dimanche 4 avril 2021.

    Partager sur Twitter Ouvrir plus d’options de partage Fil d’Ariane Liens Nouvelles Nouvelles locales ‘Ne revenez pas’: un prédicateur crie à la police et à l’inspecteur de l’AHS, leur ordonne de quitter l’église du centre-ville

  3. Environ 1000 personnes ont pris part à un rassemblement pour protester contre les masques obligatoires et les verrouillages COVID-19 devant le bâtiment municipal de Calgary samedi.

    Billets émis aux manifestants anti-masque de Calgary

Les services de santé de l’Alberta ont obtenu jeudi une ordonnance de la Cour du Banc de la Reine, qui imposait des restrictions supplémentaires aux organisateurs de manifestations ou de manifestations exigeant le respect des mesures de sécurité COVID-19, telles que le masquage et les limites de présence.

Contenu de l’article

La police a déclaré avoir remis à «un organisateur» de Street Church l’ordonnance du tribunal avant le service du week-end sans entrer dans l’établissement, situé au 4315 26th Ave. SE

La police s'adresse à Artur Pawlowski le samedi 8 mai 2021 dans son église SE de Calgary, qui organisait un rassemblement pour arrêter les fermetures d'églises.  On a dit aux agents de s'en aller.
La police s’adresse à Artur Pawlowski le samedi 8 mai 2021 dans son église SE de Calgary, qui organisait un rassemblement pour arrêter les fermetures d’églises. On a dit aux agents de s’en aller. Photo de Darren Makowichuk /Postmedia

« L’organisateur du service a reconnu l’injonction, mais a choisi d’ignorer les exigences de distanciation sociale, de port de masque et de réduction des limites de capacité pour les participants, et a poursuivi l’événement », a déclaré la force, qui a abouti aux arrestations.

UNE AUTRE PROTESTATION

Malgré une pluie battante et une injonction préventive du tribunal, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le Whistle Stop Cafe dans le hameau de Mirror, en Alberta, pour la protestation «Save Alberta Campout».

Les manifestants étaient là pour soutenir le propriétaire du café Chris Scott et contester les ordonnances de santé publique destinées à freiner la propagation du COVID-19.

Un porte-parole de la GRC a déclaré que les agents avaient pris les trois premières heures de la manifestation pour éduquer les manifestants sur la réglementation COVID-19 et les informer qu’ils contrevenaient à l’injonction.

«Il y a eu une décision à un moment donné de commencer à mettre en place l’application de la loi», a déclaré le Cpl. Troy Savinkoff. « C’était vers 16 heures »

Savinkoff a déclaré que la police fournirait une mise à jour plus approfondie sur le nombre de personnes ayant reçu une contravention plus tard samedi.

Mercredi, AHS a déclaré avoir fermé le café après que l’agence eut reçu plus de 400 plaintes concernant l’entreprise depuis janvier. Les autorités sanitaires ont déclaré que le café devait rester fermé jusqu’à ce que Scott puisse démontrer sa capacité à se conformer aux restrictions sanitaires.

Les services de santé de l’Alberta ont déclaré, après avoir entendu parler des plans de protestation, que le gouvernement provincial intenterait une action en justice qui permettrait aux agents de la GRC d’utiliser une force raisonnable pour arrêter et renvoyer toute personne au rassemblement qui contreviendrait aux ordres de santé publique.

Contenu de l’article

Mais cela n’a pas empêché les gens sans masque de se tenir ensemble pour applaudir et applaudir lorsque Scott s’est tenu sur une scène et les a encouragés à se battre pour leur liberté.

«J’ai été accusé de beaucoup de choses à ce sujet. Ils pensent que c’est une question d’argent. Ils pensent que c’est une question de popularité. Je m’en fiche de ça », a déclaré Scott à la foule.

« Je ne suis pas d’accord pour que quelqu’un me dise quoi faire de mon corps ou comment gagner un revenu. »

Scott a ensuite demandé à la foule de suivre les règlements COVID-19 lors du rassemblement en raison de l’injonction.

Trois heures plus tard, des agents de la GRC munis de caméras corporelles ont commencé à distribuer des contraventions en vertu de la Loi sur la santé publique à ceux qui quittaient la région pour avoir participé au rassemblement illégal.

– avec des fichiers de la Presse canadienne

alsmith@postmedia.com

Twitter: @alanna_smithh



Laisser un commentaire